cabine radar fixe 2

Dans les Hautes-Alpes, le radar installé sur la D942 à Saint-Etienne le Laus fait partie des radars les plus détestés de France. Pour s'en convaincre, il suffit de lire les dizaines de commentaires déposés sur le site radars-auto.com ou de consulter la carte des radars pièges dévoilée par 40 millions d'automobilistes.

Ce radar est installé à la fin d'une longue ligne droite, 100 mètres avant le carrefour menant à Saint-Etienne-le-Laus mais juste après un panneau de limitation à 70 km/h. Ce radar est signalé par un radar pédagogique qui est implanté dans la zone limitée à 90 km/h. Avec cette configuration et dans une zone dépourvue d'habitations, le radar fait un carton puisqu'en 2012 il a flashé 41.734 véhicules en excès de vitesse.

Pour dénoncer cette situation, un plombier gapençais à la retraite a décider d’entrer en croisade contre les radars et les limitations de vitesse incohérentes. Avec l'aide d'un avocat, il vient d’adresser un courrier en forme de recours préalable au préfet des Hautes-Alpes lui demandant de procéder à l’enlèvement des panneaux “70” à hauteur du radar de Saint-Étienne-le-Laus.

Pour l'avocat, Me Sebbar, « soit le préfet nous répond positivement, et il enlève les panneaux, mais j’en doute. Soit il ne veut pas, et dès lors, la justice administrative tranchera ».

Effectivement, à la Préfecture, on explique qu'ils ne donneront pas suite à la demande d’enlèvement des panneaux. Pour le directeur des services du cabinet de la préfecture, « les radars sont implantés à des endroits précis en raison des contraintes techniques et de l’accidentologie. Depuis la pose du radar de Saint-Etienne-le-Laus, le nombre d’accidents a d’ailleurs baissé considérablement » précise-t-il.

Malgré tout, avec cette procédure, l'avocat espère également tracer un sillon dans lequel d’autres juristes et citoyens mécontents pourront s’engouffrer.

Source: Le Dauphiné Libéré