Alors que les députés UMP de la commission des lois ont voulu assouplir le principe du permis à points, Nicolas Sarkozy, s'y est fortement opposé hier lors d'une allocution devant des gendarmes de la brigade de Vézelay (Yonne).

«Au moment où on parle beaucoup de l'aménagement du permis à points, que les choses soient claires, a expliqué le président de la République. J'ai été élu sur la promesse de faire reculer le nombre de victimes de la route et de sanctionner durement les assassins de la route. Je n'accepterai jamais un message laxiste s'agissant de la lutte contre les violences routières.» Certes, des aménagements sont envisageables, «mais l'objectif c'est la réduction du nombre de tués et de blessés sur les routes, c'est un objectif central».

Le président de la République s'oppose principalement à deux mesures, tout d'abord la réduction du délai à 2 ans pour récupérer l'intégralité de ses points mais aussi à la possibilité d'effectuer un stage de récupération de points chaque année.

La seule mesure qui pourrait voir le jour serait la restitution de poins dans un délai d'un an ne s'appliquerait plus seulement aux infractions entraînant le retrait d'un seul point mais concernera également les autres infractions (perte de deux points, trois points...).