Dans la Loire, un automobiliste était poursuivi notamment pour avoir fait un doigt d'honneur à deux radars automatiques en mai 2015.

Circulant à bord d'une voiture dont la plaque avait été modifiée à l'aide de ruban adhésif, le conducteur avait été pris en excès de vitesse devant les radars fixes de Saint-Forgueux-Lespinasse et de Bessay-sur-Allier. Les deux clichés laissent apparaitre que le conducteur fait un doigt d'honneur en passant devant les cabines.

Prison ferme requise

Lors de l'audience, le procureur de la République avait requis deux à quatre mois de prison ferme à l'encontre du conducteur pour outrage à une personne chargée d’une mission de service public.

Pour le parquet, faire un doigt d'honneur à un radar c'est, par extension, outrager les fonctionnaires amenés à visualiser les images au CACIR!

Le jugement d'abord mis en délibéré jusqu'au 3 avril a finalement été repoussé au 24 avril.

Le conducteur obtient la relaxe

Le conducteur contestait les faits en indiquant notamment que le doigt d’honneur n'était pas adressé au radar mais à sa compagne assise sur le siège passager.

Ce matin, le juge a rendu son verdict et prononcé la relaxe du prévenu pour ce cher d'accusation.

Il a par contre été condamné à 800€ d'amende dont 600€ avec sursis pour usurpation de plaques d’immatriculations.

Pour son avocat, ce jugement est logique, puisque un "outrage à une machine" n'existe pas dans la loi pénale, "soit on fait un outrage à une personne et on a une victime, soit on fait un doigt d'honneur à une machine et ce n'est pas une personne, il n'y a personne derrière" et dans ce cas là on ne peut pas être condamné.

Source: Activ Radio