Des dizaines de députés UMP ne décolèrent pas contre les mesures prises la semaine lors du dernier Comité interministériel sur la sécurité routière et notamment celle qui prévoit la suppression des panneaux annonçant la présence d'un radar automatique.

Soixante-treize parlementaires ont ainsi envoyé ce lundi un courrier formel au premier ministre François Fillon pour lui réitérer leur opposition frontale à ces mesures et lui faire part de "la profonde exaspération" exprimée par des "milliers" d'électeurs contre les nouvelles mesures de sécurité routière. 

"En l'espace de quelques jours, les milliers de courriels que nous avons reçus pour condamner les décisions" du Comité interministériel sur la sécurité routière du 11 mai "en sont la preuve flagrante". "Nous insistons sur le fait qu'il ne s'agit pas d'une simple mauvaise humeur passagère mais bien d'une profonde exaspération", préviennent les signataires. 

"Si nous partageons votre ambition quant au traitement attentif des problèmes de sécurité routière, nous regrettons l'absence totale de concertation qui a précédé ce comité interministériel. De plus, nous estimons que d'autres mesures sont plus urgentes à prendre afin d'améliorer la sécurité routière, mesures qui ne seraient d'ailleurs pas davantage populaires", ajoutent les 73 députés.