Triumph daytona

Plus de 300 radars feux rouges sont aujourd'hui installés sur les routes de France. Contrairement aux radars automatiques de vitesse qui utilisent l'effet Doppler, les radars feux rouges utilisent le système des boucles inductives magnétiques pour détecter les véhicules en infraction.

Une boucle inductive est constituée de plusieurs spires de fil de cuivre, qui constituent un circuit électrique. Un courant traversant ce circuit électrique crée un champ magnétique à travers la zone entourée par ce circuit. L’inductance mesure ce champ magnétique. Lorsqu’un véhicule entre ou traverse ce champ magnétique, l’inductance varie. Les dispositifs de franchissement de feu rouge détectent cette différence d’inductance et donc la présence du véhicule.

Le problème, c'est que le champ magnétique varie lors du passage d'un véhicule constitué de métal ferreux or, les nouvelles motos contiennent très peu métal ferreux ce qui peux les rendre non repérable par les boucles de détection.

Le problème est apparu en Belgique car les radars fixes de vitesse qui sont installés sur les routes de Flandres utilisent presque tous les boucles à induction pour détecter les véhicules en excès de vitesse. La semaine dernière, Joke De Rocker, du département Electromécanique et télématique de l'Agence flamande des routes, a avoué à un journal belge que "les modèles de motos les plus récents ne sont pas toujours repérés par les boucles de détection de nos radars".

Est-ce que la situation est la même pour nos radars feux rouges ? On peut se poser la question. Mais, comme il existe trois modèles différents de radar feu rouge, la sensibilité des boucles de détection n'est peut-être pas la même pour chaque modèle.