Dans une interview à RMC, Emmanuel Barbe, le délégué Interministériel à la Sécurité Routière, a finalement déclaré que les radars autonomes ne seraient pas installés directement dans les courbes mais seulement à leur approche de façon à "contrôler la vitesse dans le virage, mais à l'entrée ou à la sortie du virage". Il n'y aura donc pas de radar au milieu d'un virage.

Une mesure de bon sens car l'on sait très bien que les usagers de la route on tendance à freiner brutalement lorsqu'ils aperçoivent un radar au dernier moment. Un réflexe risqué en plein virage et pas seulement pour les motards.

Est-ce donc une façon de faire machine arrière devant la polémique engendrée par cette mesure? C'est fort possible mais en lisant attentivement le communiqué de presse de la Sécurité Routière, on ne trouve aucune mention de l'installation du radar directement dans le virage.

En effet, si ce dernier indique bien que la nouvelle homologation des radars autonomes "permet le contrôle de la vitesse d’un véhicule en mouvement dans une courbe", il précise également que les radars autonomes seront "placés à l’approche d’un virage dangereux".

Pourtant, l'emballement médiatique ne c'est pas fait uniquement sur des suppositions car sur les deux premiers radars testés dans les virages lors du week-end du Bol d'Or, le premier a bien été installé directement dans le virage comme on le voit sur la photo ci-dessous.

Radar dans un virage

Pour Emmanuel Barbe, ceci était une erreur de l'entreprise qui a installé le radar: "Un des deux radars n'a pas été posé convenablement par l'entreprise mandatée. Nous avons refait des précisions pour que les instructions soient beaucoup plus claires. Il n'y aura plus de radar au milieu du virage, la chose a été corrigée".

D'ici les prochaines semaines, des radars autonomes seront donc installés aux approches de virages sur des routes sinueuses, notamment en montagne, afin de sécuriser les enchaînements de virages.