Le respect de la limitation de vitesse passe par une signalisation correcte de celle-ci, notamment lorsque la zone est contrôlée par un radar. Malheureusement, comme on l'a déjà vu à de nombreuses reprises, cela n'est pas toujours le cas...

Plus de panneau avant le radar de l'A86

Le dernier cas en date est celui du radar chantier installé à Rosny-sous-Bois sur la bretelle entre l'A86 et l'A3 en direction de Paris.

Aux environs du jour de Noël et pendant plusieurs jours, le panneau signalant la limitation de vitesse à 50 km/h dans cette zone de travaux n'était plus visible par les usagers puisqu'il avait été retourné et ne faisait plus face à la circulation comme on peut le voir ci-dessous.

Le panneau 50 retourné

absence du panneau de limitation de vitesse

Le panneau 50 dans sa position habituelle

panneau de limitation de vitesse radar Rosny

De nombreux conducteurs ont ainsi été flashés et nous en ont fait la remarque via les commentaires sur ce radar. Afin qu'ils puissent contester efficacement, nous leur avons conseillé de contacter le gestionnaire de voirie, à savoir la DIRIF (DIrection des Routes Île-de-France), afin d'obtenir une attestation officielle que le panneau de signalisation de la vitesse maximum autorisée n'était pas visible le jour de leur infraction.

Depuis hier, la DIRIF commence à répondre aux demandes en confirmant que le panneau n'était pas visible par les usagers durant plusieurs jours et qu'il a été remis en place le 8 janvier 2019 à 11h10.

Le nombre de personnes flashées aurait dû être encore plus important, mais les usagers circulant habituellement dans ce secteur connaissent bien la limitation de vitesse à cet endroit car le radar autonome est installé depuis plus de deux ans dans cette zone de travaux.

Vers une annulation en masse?

Avec cette confirmation en main, les personnes verbalisées par ce radar pendant la période où le panneau n'était pas visible peuvent contester leur contravention. Malheureusement, malgré cette erreur manifeste, la contestation doit s'accompagner du versement du montant de la consignation de 135 euros. En l'absence de ce versement, la contestation devrait ne pas être prise en compte.

Nous conseillons cependant aux victimes de ce radar de ne pas effectuer leur contestation trop rapidement. En effet, une annulation de toutes les contraventions enregistrées pendant toute la période où le panneau n'était pas visible pourrait être effectuée automatiquement dans les prochains jours par le Centre Automatisé de Constatation des Infractions Routières de Rennes. Dans ce cas, les personnes concernées en seront informées par courrier postal mais aussi sur le site de l'ANTAI lorsqu'elles consultent leur dossier d'infraction.

A défaut d'une annulation en masse par le CACIR, la contestation de l'infraction devra s'effectuer dans les 45 jours suivants la date de l'avis de contravention.

Des précédents

Ce n'est malheureusement pas la première fois qu'une mauvaise signalisation de la vitesse entraîne l'annulation en masse de centaines ou de milliers de PV.

Ce fut le cas, par exemple, pour le radar chantier installé sur l'A3 à Montreuil. L'absence d'un panneau de rappel de la limitation de vitesse après une bretelle d'entrée sur l'autoroute a entraîné l'annulation de milliers d'avis de contravention par le CACIR.

Souvent, les personnes verbalisées mais concernées par des annulations massives sont surprise en découvrant la lettre de classement sans suite de leur infraction dans leur courrier... Pour celles qui ont payé ou contesté, il ne reste plus qu'à patienter environ 3 mois avant de recevoir le remboursement de leur amende ou de leur consignation.

Courrier type d'annulation de classement sans suite

courrier type annulation poursuite