Trois radars fixes installés sur la N7 dans la Drôme ont été recouverts de peinture jaune dans la nuit de mardi à mercredi à Portes-lès-Valence, La Roche-de-Glun et Châteauneuf-sur-Isère. La vitre contenant l'appareil de prise de vue étant obturée, les radars sont pour le moment hors-service.

La direction départementale des transports de la Drôme (DDT) a déposé une plainte. Des relevés d’empreintes ont été réalisés par la gendarmerie de Valence qui est chargée de l’enquête. La peinture sera également analysée mais les indices d’identification sont très minces. La DDT affirme que les trois radars seront de nouveau opérationnels avant la fin de la semaine.

Dans les textes, voilà ce que l'on risque lorsque l'on dégrade un radar fixe: La destruction, la dégradation ou la détérioration d'un bien public constitue une infraction qui peut être punie de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende. Le fait de tracer des inscriptions, des signes ou des dessins sur une cabine de radar fixe est puni d'une amende de 7 500 euros et d'une peine de travail d'intérêt général.

Dans les faits, quand les coupables sont rattrapés, les sanctions sont généralement uniquement pécuniaires.