Le Ministère de l'Intérieur, par l'intermédiaire du Département du Contrôle Automatisé (DCA), vient de lancer un appel d'offre pour "Développement, fourniture, déploiement et maintenance avancée d'équipements de contrôle multi-infractions".

Mais le gouvernement ne souhaite ni communiquer ni laisser accès aux informations techniques concernant ces nouveaux radars! Alors qu'habituellement, les documents de marché public sont disponibles gratuitement en accès non restreint et complet sur internet, pour cet appel d'offre, ces informations sont disponibles exclusivement en version papier et sur demande auprès du Ministère de l'Interieur et cela pour des raisons de confidentialité!!

Malgré tout, le règlement de consultation du marché public donne quelques informations sur la nature du projet.

Tout d'abord, le marché est conclu par le groupement composé par la Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routières et SNCF Réseau. Une association inhabituelle qui laisse présager de l'installation de ces nouveaux radars notamment aux abords de passage à niveau.

En effet, lorsque l'on consulte la description des prestations demandées, il est bien question de passage à niveau : "Le présent marché a pour objet le développement, la fourniture, le déploiement et la maintenance avancée d’équipements de contrôle multi-infractions déplaçables sur tourelle fixe, complétée d’une fonction de détection d’obstacle sur les voies d’un passage à niveau (ETT)".

Le document précise également les quantités minimales demandées: "400 ETT-MI et 400 cabines".

Enfin, le déroulement du marché est précisé. La première année sera consacrée au développement, à la validation technique et à l'homologation de ce nouveau type de radar. Les prestations des pilotage, installation et maintenance ne débuteront que la deuxième année. Pour cette seconde phase, le marché sera de  1 an reconductible 9 fois par tacite reconduction.

Quels enseignements peut-on tirer de ces quelques informations ?

passage a niveau



A la lecture de ces informations et en se rappelant de la mesure complémentaire A1 du CISR d'octobre 2015 qui prévoit d'augmenter le nombre de radars de franchissement en partenariat avec SNCF Réseau , il est fort probable que cet appel d'offre concerne uniquement le déploiement de radars aux passages à niveaux. Mais, comme ils seront multi-infractions, ils devraient contrôler non seulement le franchissement du feu rouge mais aussi la vitesse de circulation des véhicules. Pour une meilleure sécurisation, ils proposeront en plus une fonction de détection d’obstacle.

De plus, à la lecture du mot "déplaçable" et à la distinction du nombre de radars et de cabines, on peut supposer que ces nouveaux radars seront installés alternativement dans différentes tourelles. Sur le principe des zones de contrôles leurres par cabine, on ne saura jamais si la tourelle est bien équipée du radar ou si elle est vide.

D'autres questions se posent également: Pourquoi employer le mot tourelle ? Si ces radars mesurent également la vitesse, seront-ils signalés par un panneau radar ? Est-ce que d'autres infractions seront également contrôlées (franchissement de ligne continue, etc) ? Ces nouveaux radars vont-ils remplacer les radars fixes actuellement installés aux abords de certains passages à niveau ? Un seul de ces radars pourra-t'il contrôler les deux sens de circulation ou faudra-t'il comme aujourd'hui, un radar de chaque côté du passage à niveau ?