travaux autoroute

L'appel d'offre pour la fourniture des futurs radars chantiers a été lancé par la Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routières (DSCR). Ces futurs équipements de terrain de chantier (ETC), au nombre de 150 pour commencer, seront des radars automatiques pourvus d'un maximum de fonctionnalités et ils seront facilement déplaçables dans les zones de chantier mais aussi dans les zones de danger temporaire.

Ces radars chantiers seront affectés aux départements, ce sera donc aux préfets, responsables de la politique de sécurité routière dans leur département, de décider de l’emploi de ces équipements, en liaison avec les gestionnaires de voirie qui leur soumettront des lieux et calendriers d’installation. Les lieux de contrôles seront annoncés par l'installation d'un panneau avertisseur classique de type "Contrôles radars fréquents". Trois tailles de panneaux d'une largeur allant de 1,2 m à 2.4 m sont prévus en fonction des caractéristiques du lieu d'implantation. De plus, pour la visibilité des cabines, celles-ci seront équipés de bandes rétro-réfléchissantes jaunes et noires sur les arêtes des faces avant et arrière et cela sur l’ensemble du gabarit de l’équipement.

Les installations des radars chantiers sur le terrain ainsi que celles des panneaux seront effectuées par prestataire titulaire du contrat. Ce prestataire sera également chargé de la transmission des messages d'infraction (MIF) au Centre National de Traitement de Rennes. Il devra aussi assurer le stockage des ETC ainsi que des panneaux radars dans ses locaux lorsque ceux-ci ne sont pas utilisés.

Le radar chantier sera un super radar, voici en détail les caractéristiques techniques demandées par la DSCR.

Tout d'abord, ce radar déplaçable devra être conçu pouvoir être installé en moins de 30 minutes. Il devra également être doté d’un dispositif automatique de réglage de son positionnement, afin d’être utilisé sans la surveillance d’agents assermentés et d'être dispensé de vérification d’installation. Il devra aussi disposer d’une autonomie énergétique suffisante pour permettre 5 jours de fonctionnement consécutifs. Et il devra bien sûr, être conçu pour prévenir les actes vandalisme (tirs d'armes à feu, incendie, etc) mais aussi pour empêcher son déplacement sans moyens de levage particuliers.

Ensuite, pour les contrôles de vitesse, le radar devra savoir tout faire. Le radar chantier doit pouvoir contrôler les véhicules circulant dans les deux sens de circulation mais aussi faire la discrimination entre les véhicules légers et les poids-lourds et enfin il doit identifié le véhicule en infraction lorsque plusieurs véhicules sont contrôlés sur des voies différentes.

Le radar chantier qui sera équipé d'un flash visible doit pouvoir contrôler jusqu'à 2 400 véhicules par heure et par voie sur au minimum trois voies de circulation. 

Le radar chantier ne sera pas forcement équipé d'un système d'envoi automatique des MIF vers le CNT. Ceux-ci pourront être stockés sur un support amovible interne capable de stocker au minimum 10000 MIF. Ensuite, le prestataire titulaire du contrat sera chargé de les faire parvenir au CNT grâce à des stations de transfert installées dans ses locaux.

Par contre, le radar chantier devra toujours être relié au CNT grâce à une connexion 2G/3G pour assurer la supervision de l'équipement mais aussi pour permettre une transmission en temps réel des alertes en cas de problème sur l'ETC (alarme suite à déplacement ou vandalisme, erreur de calibrage, support de stockage plein, etc). Les radars chantiers ne pourront donc pas être installés dans des zones non éligibles 2G/3G.

La date limite du dépôt des offres par les prestataires est fixée au 24 octobre. Le choix du prestataire retenu ne sera pas effectué par la DSCR avant le mois de décembre. Ensuite, le prestataire aura six mois pour faire homologuer son radar chantier par le Laboratoire National de Métrologie et d'Essais. Les premières installations de radars chantiers n'auront donc pas lieu avant au plus tôt juillet 2015.

On ne sait pas encore comment vont être ces futurs radars chantiers, mais on peut supposer qu'ils vont ressembler à ceux testés dès 2012 mais qui ne proposait pas toutes les fonctionnalités techniques demandées aujourd'hui.

radar chantier fareco

radar chantier aximum