Après avoir été cachés pendant des mois, nous avons obtenu les chiffres concernant le nombre d'actes de vandalismes enregistrés sur les radars au cours de ces derniers mois et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils sont impressionnants!

En circulant sur les routes de France depuis fin 2018, tout le monde a pu se rendre compte qu'une grande partie des radars automatiques ont été hors-service pendant de nombreuses semaines voir pendant plusieurs mois, qu'ils soient recouverts de peinture, de sacs poubelles, d'emballage plastique mentionnant une "maintenance technique" ou tout simplement démontés.

Et pour cause, sur la période allant de janvier 2018 au mois d'août 2019, les radars automatiques ont été la cible de 18 000 dégradations dont près de 14 000 commises au cours des dix mois suivants le début du mouvement des gilets jaunes!

En ajoutant les dégradations enregistrées sur la fin de l'année 2019, le cumul des actes de vandalisme sera proche de la barre des 20 000 en deux ans. Cela représente pratiquement l'équivalent du nombre de dégradations cumulées lors des six années précédentes!

radar couvert de peinture jaune

Une explosion des dégradations depuis novembre 2018

La forte augmentation du nombre d'actes de vandalisme sur les radars automatiques a été constatée dès l'annonce du passage au 80 km/h sur les routes secondaires. Durant tout le premier semestre 2018, il a été observé une hausse des dégradations mais majoritairement avec du vandalisme léger notamment des radars fixes recouverts de peinture ou d'autocollants en marge des manifestations contre le 80 km/h. Puis le vandalisme est devenu plus fréquent et plus lourd à partir du mois de juillet avec le passage effectif au 80 km/h.

Au total, sur les huit premiers mois de l'année, on constatait déjà près de 4 000 radars endommagés dont 133 totalement détruits soit quasiment autant que sur toute l'année 2017.

Mais ce n'était qu'un début puisque au cours des quatre derniers mois de l'année 2018 et notamment à partir du mois de novembre en marge des manifestations des gilets jaunes, la Sécurité Routière a dénombré 6 439 radars vandalisés dont 448 destructions totales!

Et le mouvement s'est poursuivi au cours de l'année 2019. Alors même que le nombre de radar en service était de plus en plus réduit. Entre le mois de janvier et le mois d'août, il y a eu 7 569 actes de vandalisme dont 476 entrainants la destruction du radar.

13 radars détruits cette nuit en Vendée

Plus d'un millier de radars détruits

Sur la période allant de janvier 2018 au mois d'août 2019, si, tous les types de radars automatiques (hors radars mobiles) ont enregistré des détériorations, ce sont les radars fixes classiques qui ont été les plus touchés.

Au cours de ces vingt mois, 12 631 détériorations ont été constatées sur ce type de radars, ce qui signifie que chaque cabine a été touchée en moyenne 6 fois. Sur ce total, 804 cabines ont été détériorées trop lourdement pour qu'elles puissent être réparables.

Si les routes de France comptaient encore 1 989 radars fixes en service au 1er janvier 2018, ils n'étaient donc plus qu'environ 1200 au mois de juin dernier avant que les premiers remplacements des cabines détruites par des radars tourelles ne commencent.

Un autre type de radar a également été lourdement touché, il s'agit des radars autonomes. Ils ont subi pas moins de 3 167 dégradations. Cela représente près de 12 dégradations en moyenne par cabine.

Seulement 262 radars de ce type était en service début 2018 et près de la moitié du parc a été détruit soit 113 cabines.

radar autonome détruit

A ces chiffres, il faut ajouter les dégradations enregistrées sur les autres modèles de radars au cours des vingt derniers mois.

Pour les radars discriminants, on compte 1 492 dégradations, soit en moyenne 3,6 par cabine avec 129 radars détruits sur les 409 en service.

Pour les radars feux rouges et les radars au passage à niveau, on dénombre 522 actes de vandalisme dont 10 destructions pour 763 radars déployés.

Pour les radars tronçons, ce sont 128 détériorations qui ont été constatées dont 3 non réparables pour un total de 100 radars en service.

Au total, sur la période allant de janvier 2018 au mois d'août 2019, les 3 524 radars automatiques déployés 1er janvier 2018 ont enregistré 17 940 actes de vandalisme dont 1 079 ont entrainé la destruction totale de l'appareil.

L'évolution du nombre de dégradations

Les actes de vandalisme sur les radars automatiques ne sont pas une nouveauté puisqu'ils ont commencé dès la mise en place des premières cabines en 2003. Durant les premières années, le nombre de dégradations était même impressionnant au regard du faible nombre de cabines installées.

D'après des chiffres retrouvés dans nos archives, au cours de l'année 2005, 1 500 vandalisations avaient été enregistrées alors que seulement 689 radars fixes étaient déployés.

Au cours des ces seize années, le nombre de dégradations de radars a fluctué notamment avec l'augmentation du nombre de cabines mais aussi avec divers mouvements de contestations contre l'écotaxe avec les Bonnets rouges, contre le paquet de cigarettes à 10 euros avec les buralistes et bien sûr plus récemment avec les gilets jaunes.

Comme on peut le voir sur le graphique, si le nombre de dégradations a fortement diminué entre 2011 et 2015 en passant de 4 142 à 1 996, il est reparti à la hausse depuis 2016 pour battre tous les records en 2018 et 2019.

Evolution du nombre d'actes de vandalisme sur les radars automatiques entre 2011 et 2019

Evolution du nombre d'actes de vandalisme radar

Et encore, comme on l'a vu, le nombre de dégradations indiqués pour l'année 2019 ne prend en compte que celles enregistrées au cours des huit premiers mois de l'année. Même si le rythme des dégradations a diminué au fil des mois, l'année 2019 devrait se finir avec pratiquement autant de dégradations qu'en 2018 soit un total cumulé de 20 000 dégradations au cours des deux dernières années!

sanction vandalisme radar