L'année 2018 aura été une année noire pour les radars automatiques avec une explosion du nombre de dégradations enregistrées. L'annonce du passage à 80 km/h en début d'année et le mouvement des gilets jaunes ces dernières semaines n'ont fait qu'attiser cette hausse des dégradations déjà enclenchée depuis 2016....

D'après nos estimations, plus de 6 000 actes de vandalisme ont été enregistrés sur les radars automatiques au cours de l'année 2018. C'est du jamais vu depuis l'installation des premières cabines en 2003 et c'est un chiffre en hausse de plus de 50% par rapport à l'année dernière qui était déjà une année record.

Le vandalisme en 2018

Alors que le gouvernement commence à peine à communiquer sur le nombre de dégradations enregistrées par les radars automatiques pendant la crise des gilets jaunes, puisque, hier, le ministre de l'Intérieur a indiqué qu'environ 60% des 3 527 radars routiers avaient été vandalisés, nous nous sommes procurés les chiffres officiels concernant le début de l'année 2018.

Entre janvier et août 2018, 3 932 actes de vandalisme ont été enregistrés sur les radars automatiques.

Les radars les plus touchés étant bien sûr les radars fixes avec 2 620 radars dégradés auxquels ont peut ajouter les 258 dégradations qu'ont subi les radars discriminants.

radar masqué

Mais les radars les plus fréquemment vandalisés sont les radars autonomes. Alors que seulement 255 radars de ce type étaient en service, ils ont enregistré plus de 1 000 dégradations soit en moyenne 4 actes de vandalisme par radar!

Les radars les plus épargnés étant les radars feux rouges avec seulement 45 dégradations et les radars tronçons avec seulement 11 dégradations.

En plus de la forte hausse du nombre d'acte, le vandalisme en 2018 a également été marqué par une radicalisation entrainant la destruction totale de nombreuses cabines notamment depuis le début du mouvement des gilets jaunes. En effet, si 133 radars avaient été détruits au cours des 8 premiers mois de l'année, quelques semaines après le début du mouvement des gilets jaunes, ce chiffre atteint désormais les 500 cabines détruites essentiellement par incendie.

Ce nombre de radars mis définitivement hors-service est également un record puisque même lors de la crise des bonnets rouges en 2013, l'Etat n'avait comptabilisé que 213 destructions de radars.

Combien de radars sont encore en état de fonctionner

L'évolution du vandalisme

Des actes de vandalisme sont enregistrés sur les radars automatiques depuis les premières installations en 2003. On peut noter par exemple qu'en 2005, l'Etat avait enregistré 1 500 dégradations de radars alors que seulement 689 radars fixes étaient installés!

Selon les chiffres officiels, le vandalisme sur les radars qui atteignait 3 220 dégradations en 2012 a ensuite à baisser jusqu'en 2015 puisque cette année là, seulement 1 996 actes ont été enregistrés.

Mais cette tendance à la baisse a été effacée dès 2016 et le nombre de dégradations est reparti à la hausse pour atteindre un chiffre record estimé à plus de 6 000 en 2018, soit 4 000 au cours des 8 premiers mois et plus de 2 000 après notamment depuis le 17 novembre.