Le nombre d'incendies touchants les radars repart à la hausse alors que l'on se rapproche de la date du premier anniversaire du début des manifestations des gilets jaunes qui avait été marqué par la destruction d'une centaine de radars fixes en quelques jours.

Il faut remonter plusieurs mois en arrière pour retrouver autant de destructions de radars au cours de la même semaine. Pourtant, de nombreux radars sont sous surveillance policière et les peines prononcées à l'encontre des auteurs des faits de plus en plus lourdes.

11 radars incendiés

Depuis ce week-end, de nombreux radars automatiques ont été incendiés un peu partout en France. D'après les informations que nous avons recueillies et qui ont parfois été relayées dans la presse locale, ils sont au nombre de onze. Tous les modèles de radars sont concernés, les radars fixes, les radars autonomes, les radars tourelles, les radars discriminant ou encore les radars double face.

Le week-end dernier, deux radars ont été incendiés. Le premier est le radar autonome installé au niveau du passage à niveau de Laneuveville-devant-Nancy (54). C'est la troisième fois que ce radar est touché par un incendie en quelques mois. Le second est le radar fixe d'Epervans (71) où une technique originale a été employée. Plutôt que les habituels pneumatiques, la cabine a été recouverte d'une couche de paille qui a été enflammée.

Puis, les destructions se sont poursuivies tout au long de la semaine.

Lundi, c'est le radar tourelle de Caudan (56) qui a été incendié après avoir été mis au sol suite au découpage de son mât. La cabine est totalement détruite.

Mardi, trois nouveaux radars ont été vandalisés. Des pneus installés au pied du radar de Mison (04) ont fait plié le mât et la cabine a été retrouvée gisante au sol. Au cours de cette même nuit, deux autres radars fixes ont été incendiés, le premier à Saint-Gervais (95) et le second à Euffigneix (52).

Un radar incendié à Mison

Un radar incendié à Mison

Mercredi, un autre radar tourelle a été retrouvé au sol à Marigné-Laillé (72) après alors que son mât a été incendié. Au cours de la même nuit, dans le même département, c'est le radar fixe de la rocade du Mans qui est encore une fois parti en fumée.

Mais, cette nuit-là, c'est l'incendie du radar de Beauvoir (60) qui a le plus fait parler. Il faut dire que la cabine a été entièrement détruite alors qu'elle avait été installé le matin même...

Les destructions se sont poursuivies la nuit dernière puisque deux autres radars ont été incendiés. Le premier est le radar discriminant de Laigneville (60) et le second le radar double face de Trignac (44).

D'autres dégradations

Les destructions de radars par incendie sont celles qui sont le plus relayées par la presse régionale mais ce ne sont pas les seules que subissent les radars...

Par exemple, la nuit dernière, le radar tourelle de Mornac-sur-Seudre a été mis au sol par le découpage du mât sur lequel il était installé.

Dans le même temps, les radars recouverts de peinture restent nombreux, on ne citera que quelques exemples au cours de ces derniers jours: Saint-Restitut (26), Kerdual (56),  Saint-Lactencin (36), Tavaux (39), La Loubière (12), Castets (40), Courthézon (84), etc.

Avec une mention spéciale pour celui de Grenoble sur l'A480 pour son originalité!

Le radar de l'A480 à Grenoble repeint

radar A480 à Grenoble repeint