Depuis la mise en place des mesures de confinements, les radars fixes continuent de faire leur travail comme si de rien était. Leur activité pourrait même être dopée comme on peut le constater dans d'autres pays avec le relâchement de la vigilance des conducteurs.

En tout cas, même si on ne rencontre plus beaucoup de monde sur les routes et que les risques de se faire contrôler son attestation de déplacement sont fortes, les dégradations de radars se poursuivent!

3 radars dégradés

Depuis le début du confinement, au moins trois radars automatiques ont subi des actes de vandalisme comme ont pu le constater nos collègues de la presse locale.

Le weekend dernier, c'est le radar de Rigny-sur-Arroux (71) qui a été repeint en blanc. Faut-il y voir une couleur clin d'oeil et une forme de soutien au personnel soignant comme le suggère le Journal de Saône-et-Loire?

Lundi soir, c'est le radar d'Annezin (62) qui a été détruit dans un incendie comme le rapporte La Voix du Nord.

Et dans la nuit de  mardi à mercredi, c'est le radar de Remiremont (88) qui a lui aussi été recouvert de peinture mais, noire cette fois-ci.

Il est probable que quelques autres dégradations ont été commises au cours de ces dix derniers jours mais elles sont passées inaperçues.

radar couvert de peinture jaune

Des dégradations en baisse

Si le rythme des dégradations a forcement beaucoup diminué par rapport à ce que l'on constatait il y a encore deux semaines avant le début du confinement, on peut remarquer qu'il était déjà en diminution depuis le mois de janvier.

En 2 ans, plus de 20 000 dégradations de radars ont été enregistrées par les services de l'Etat, notamment pendant la période des gilets jaunes et les mois suivants.

Au cours de l'année 2019, ce sont les radars tourelles installés pour remplacer les radars fixes détruits qui étaient devenus la cible privilégiée des vandales.

Entre novembre 2019 et janvier 2020, on constatait qu'en moyenne, un de ces nouveaux radars étaient mis à terre chaque jour! Un rythme qui a contraint l'État à prendre de nouvelles mesures pour mieux les protéger.

Et cela semble porter ces fruits, puisque, après un début d'année en fanfare, le rythme des dégradations est en forte baisse depuis la fin du mois de janvier et les dégradations, bien que toujours spectaculaires, avaient déjà fortement diminuées avant la mise en place du confinement.

Pancarte radar sanction dégradation