Le répit n'aura été que de courte durée. Les voitures radars confiées aux entreprises privées dans les régions du centre ouest de la France qui avaient cessé d'être utilisées depuis le début du confinement, le 17 mars dernier, sont de retour sur les routes de plusieurs départements.

De retour en Normandie et en Bretagne

Depuis la semaine dernière, les voitures radars privatisées sont sorties du garage et parcourent à nouveau les routes. Malgré la baisse du trafic, de nombreux signalements nous ont été remontés ou ont été publiés sur les réseaux sociaux.

Cela concerne tous les départements de Normandie dans lesquels la privatisation est effective depuis 2018 puisque la circulation de ces véhicules a été indiqué dans l'Eure, l'Orne, la Seine-Maritime, la Manche et le Calvados.

La voiture EX-012-BK signalée hier près de l'Aigle (61)

voiture radar EX-012-BK

Mais les radars privés circulent également à nouveau en Bretagne.

Le point commun entre ces deux régions? La conduite des voitures radars a été confiée à la même société: Mobium

Par contre, à la différence de la Normandie, en Bretagne, les voitures ne circulent pas encore dans toute la région mais pour le moment, uniquement dans les départements de l'Ille-et-Vilaine et des Côtes-d'Armor.

Du retard dans le déploiement

Depuis le début de l'année, la privatisation des contrôles radars s'est entendue à trois nouvelles régions que sont la Bretagne, les Pays-de-la-Loire et le Centre-Val-de-Loire.

Le calendrier du déploiement des nouvelles voitures dans tous les départements concernés qui était déjà très progressif a pris du retard suite à la mise en place du confinement.

En Bretagne, il n'est effectif qu'en Ille-et-Vilaine et il reste partiel en Côtes d'Armor. Dans le Finistère et le Morbihan, il n'a pas encore commencé. L'objectif d'un déploiement effectif fin juin des 18 voitures prévues dans toute la région ne devrait pas être tenu.

Dans les deux autres régions, c'est encore pire. Il faut dire qu'elles ont été confiées à deux nouvelles entreprises qui n'ont pas du tout d'expérience dans le domaine de la sécurité routière, à savoir Geos et OTI France. Contrairement à Mobium, elles devaient tout mettre en place, du centre de supervision des véhicules radars aux recrutements des chauffeurs.

Par exemple, dans le département pilote de la Sarthe où le déploiement aurait dû être effectif fin mars, il ne le sera qu'au plus tôt fin mai.

Le confinement aura également des conséquences sur l'arrivée des voitures radars privatisées prévue dans les régions Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté, Hauts-de-France et Nouvelle Aquitaine. Alors que le marché public est en cours d'attribution, le déploiement qui aurait dû commencer dès la rentrée sera certainement repoussé à la fin de l'année voir début 2021.

Le calendrier initial du déploiement des voitures radars privatisées

Carte des régions avec voitures radars privatisées