radar double face

Les premiers radars double-face, c'est à dire des radars qui prennent des photos de l'avant et de l'arrière des véhicules en infraction, vont faire leur apparition sur nos routes dans les prochaines semaines. Pour le moment, il ne s'agira que de tests, les radars flasheront mais les PV ne seront pas envoyés et les cabines seront démontées à l'issue de la phase d'expérimentation.

Quatre sites ont été retenus pour cette phase de test. Pour le moment, le seul emplacement connu est situé sur la Promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes). Un radar de première génération installé sur cet emplacement depuis 2004 a été recemment démonté pour faire place à cette nouvelle génération. Les trois autres sites se situeront dans le Rhône, la Gironde et l'Essonne.

Deux modèles de radars double face différents seront testés sur deux sites différents.

Sur le premier modèle, la prise de vue sera déportée, c'est à dire qu'une photo de l’arrière du véhicule sera prise depuis la cabine radar principale et qu'une seconde photo de l’avant du véhicule sera prise grâce à un appareil de prise de vue déporté de l’équipement principal ainsi, les clichés de l’avant et de l’arrière du véhicule seront pris simultanément.

Ce modèle de radar double-face sera fourni par la société JENOPTIK dont la série de radars automatiques de type TraffiStar n'est pas encore utilisée en France. C'est la société AXIMUM déjà connu pour ces radars feux rouges qui sera chargée de l'installation et du suivi de l'expérimentation. Le montant du marché public pour ces deux cabines est de 291.666 euros.

Sur le second modèle, une première photo de l’avant du véhicule sera prise avant que celui-ci ne passe devant la cabine radar puis une seconde photo de l'arrière du véhicule sera prise lorsqu'il aura dépassé la cabine donc, les clichés de l’avant et de l’arrière du véhicule seront pris successivement.

Ce modèle de radar double-face sera fourni par la société PARIFEX qui fourni déjà des radars fixes spécialisés (RDR-01) utilisés dans le tunnel duplex de l'A86 mais également les radars discriminants (FALCO). C'est la société CEGELEC déjà impliquée dans le marché public de fournitures des radars discriminants qui sera chargée de l'installation et du suivi de l'expérimentation. Le montant du marché public pour ces deux cabines est de 82.668 euros.