La chasse aux véhicules trop bruyants est officiellement lancée en France. Dans le cadre de la Loi d'orientation des mobilités, l'Assemblée nationale vient d'adopter un amendement permettant de développer des radars anti-bruit!

Les deux roues ciblées

L'amendement présenté par Jean-Noël Barrot et plusieurs membres du groupe du Mouvement Démocrate et apparentés va permettre aux autorités de tester une procédure de contrôle à la volée des niveaux sonores émis par les véhicules, notamment par les deux roues, afin de pouvoir sanctionner les comportements routiers bruyants.

Dans une étude réalisée en 2017 pour Bruitparif, on apprend que 44% des Franciliens se plaignent du bruit des deux roues motorisés et que 9 franciliens sur 10 sont d’accord pour que les contrôles et les sanctions des plus bruyants soient renforcés.

Le gouvernement ne s'est pas opposé à cet amendement qui a été adopté et qui sera donc inclus dans le texte final de la Loi d'orientation des mobilités.

Expérimentation pendant deux ans

Mais l'arrivée des premières verbalisation des véhicules trop bruyants ne sera pas pour tout de suite, puisque le texte prévoit une durée de deux ans "pour l’expérimentation de la constatation des niveaux d’émissions sonores des véhicules par des appareils de contrôle automatique".

Et encore, avant que cette expérimentation ne débute, il faudra un décret du Conseil d'Etat pour fixer la procédure d'expérimentation pour la mise au point de ce nouveau radar.

Le radar anti-bruit

Cet amendement est en tout cas un pas de plus vers la mise au point d'un radar anti-bruit dont les premiers prémices étaient apparus l'année dernière et qui est aussi en cours de développement dans d'autres pays, notamment en Angleterre.

Le radar anti-bruit français devrait être basé sur le capteur acoustique révolutionnaire mis au point par l'association Bruitparif. Dénommé Méduse, il est doté de 4 microphones pour percevoir les sons à 360 degrés. Il effectue des mesures plusieurs fois par seconde pour savoir d'où provient le bruit dominant.

Carte de visualisation des niveaux sonores

courrier type annulation poursuite

Si ce système permet de surveiller les bruits urbains comme ceux émis dans les quartiers festifs ou sur les grands chantiers, il peut également servir à surveiller le bruit de la circulation automobile.

D'ailleurs Bruitparif a déjà commencer à utiliser ces capteurs "méduse" pour « quantifier de façon objective la contribution des deux-roues au bruit de fond urbain » mais également pour mettre au point un système permettant d'identifier les véhicules les plus bruyants.

Comme on le voit sur la carte de visualisation des niveaux sonores enregistrés par un capteur Méduse, il reste encore beaucoup de travail pour transformer ce système en un véritable radar anti-bruit permettant d'identifier le véhicule responsable d'une émission sonore élevée. Mais le capteur Méduse étant un appareil métrologique, il pourra bien être homologué pour effectuer des mesures de niveau sonore en décibels...