radar automatique tunisie
Radar automatique
tunisien

Les premiers radars automatiques de Tunisie ont été mis en service depuis quelques jours sans communication officielle. Pourtant, depuis de nombreux mois les autorités de tutelle avaient indiqué que des spots de sensibilisation seraient diffusés et qu'un communiqué officiel annoncerait la mise en service des radars automatiques.

Devant ce manque d'information, en trois jours, ce sont 2500 automobilistes en excès de vitesse qui ont été flashés par les douze radars automatiques tunisiens.

Les sanctions en cas d'excès de vitesse ont été défini par la nouvelle législation relative aux radars automatiques.

Tout excès de vitesse moins de 20 kilomètres par heure est classé comme étant une infraction de 4ème catégorie. Les automobilistes en excès de vitesse seront par conséquent sanctionnés d’une amende de 40 dinars.

Tout excès de vitesse de 20 km/h ou plus  et de moins de 50 kilomètres par heure (de 20 à 49 km/h) est classé comme étant une infraction de 5ème catégorie. Les automobilistes en excès de vitesse seront par conséquent sanctionnés d’une amende de 60 dinars.

Tout excès de vitesse 50 km/h ou plus est considéré comme un délit. Les automobilistes concernés seront convoqués devant les tribunaux qui prendront en charge ces délits et détermineront le montant de l’amende compris entre 120 et 240 dinars.

Les contraventions sont expédiées au propriétaire du véhicule par voie postale recommandée, et ce, à sa dernière adresse enregistrée auprès des services de l’identité nationale. Après avoir reçu la contravention, le propriétaire du véhicule doit payer son amende dans un délai maximum de vingt jours à compter de la date d’envoi de la notification et ce, à l’une des recettes des finances. En cas de non paiement, le montant de l'amende est doublée, puis si le paiement n'est toujours pas effectué, la validité du permis de conduire est suspendue.

Le propriétaire du véhicule peut s’opposer à la contravention dans un délai ne dépassant pas vingt jours à compter de la date d’envoi de sa contravention . L’opposition se fait au moyen d’un formulaire, joint à la contravention, contenant les motifs de l’opposition accompagnée des justificatifs et le cas échéant l’identité complète du conducteur contrevenant.