Les feux de circulation tricolores que l'on surnomment "comportementaux", "intelligents" ou "feux récompense" ont pour principe de passer au feu rouge ou au feu vert en fonction de la vitesse des véhicule en approche.

Ils sont apparus sur les routes depuis plusieurs années et ils continuent de se multiplier alors qu'ils ne sont pas autorisés au regard de la réglementation sur la signalisation routière. Le déploiement devrait même s'intensifier dans les prochaines années.

Les différents feux intelligents

La problématique des vitesses trop élevées des véhicules en agglomération concerne de nombreuses communes. Pour faire réduire la vitesse, il existe plusieurs solutions d'aménagement comme la pose de ralentisseurs, la création de chicanes, etc.

Mais depuis quelques temps, une solution technologique est apparue. Il s'agit d'un système électronique qui permet de faire varier la couleur du feu en fonction de la vitesse du véhicule en approche.

Il existe deux systèmes différents de feux asservis à la vitesse.

Avec le « feu sanction », le feu de circulation passe au rouge lorsqu'un usager de la route ne respecte pas la limitation de vitesse.

A l'inverse, avec le système dit « feu récompense », le feu de circulation est toujours rouge et passe au vert lorsque l'usager en approche respecte la vitesse autorisée.

Un système non autorisé

En France, la mise en place de la signalisation routière est réglementée par l'Instruction interministérielle sur la signalisation routière. Elle définit notamment les domaines réglementaires d'emploi des feux de circulation permanents. Ils peuvent être utilisés pour l'organisation de la circulation, la gestion des conflits de circulation entre les véhicules et les piétons aux intersections ou encore la protection des traversées piétonnes.

A ce jour, cette réglementation n'autorise pas la mise en place de "feux intelligents" afin de gérer la vitesse des véhicules à l'approche d'un carrefour ou d'une traversée piétonne et encore moins son utilisation en plein milieu d'une rue.

Questionné sur le sujet, le ministère de l'Intérieur a confirmé que « l'utilisation de feux asservis à la vitesse pour une finalité de modération de la vitesse n'est pas conforme à la réglementation, à la fois concernant le domaine d'emploi des feux de circulation et l'asservissement du cycle de feux à la vitesse des véhicules ».

Feu vert

Mise en place d'une expérimentation

Pour le ministère de l'Intérieur, pas question de faire démonter ces installations qui ne respectent pas la réglementation, bien au contraire! Comme « ces dispositifs présentent toutefois un intérêt par rapport à la finalité recherchée et intéressent de nombreuses collectivités », il compte mettre en place « un cadre expérimental global » dans les prochains mois et le proposer aux communes intéressées.

Une première commune vient d'ailleurs de recevoir l'autorisation d'expérimenter un feu de signalisation tricolore dont le fonctionnement est asservi à la vitesse des véhicules circulant à son approche.

Le dispositif sera expérimenté pendant deux ans sur la D107 dans la traversée de l'agglomération de Vieux-Mesnil (59). Un feu dans chaque sens sera installé entre la rue de l'Eglise et la rue de Maubeuge. Ils seront en pleine rue, en dehors de tout carrefour ou passage piéton. Il s'agit de feux "récompense" puisque le feu rouge passera au vert lorsque les véhicules détectés en amont respectent la limitation de vitesse. Dans le cas contraire, le feu restera rouge entre 5 et 10 secondes après l'arrivée du véhicule en excès de vitesse.

D'autres expérimentations comme celles-ci devraient être mises en place au cours des prochains mois. Cela devrait conduire ensuite à une modification du cadre réglementaire permettant l'autorisation et la multiplication des ces dispositifs.