Pour les radars automatiques, les années se suivent mais ne se ressemble pas forcément... Le classement des radars fixes les plus actifs chaque année est en perpétuel évolution et pas seulement du fait de l'installation de nouvelles machines.

L'année dernière, c'est un nouveau radar installé en début d'année qui avait affolé les compteurs, celui de Saint-Julien en Genevois sur l'A41 à la frontière avec la Suisse. Il a flashé en 2011 pas moins de 155.582 fois en 320 jours de fonctionnement.

Cette année, le champion sera le radar de Saint-Avertin installé sur l'A10 dans la traversée de Tours puisqu'au cours des 8 premiers mois de l'année, il a déjà flashé 135.188 contrevenants, loin devant le radar de Janvry (91) toujours sur l'A10 avec un peu plus de 94.000 flashs.

Pourquoi ce radar mis en service en 2007 et qui flashait environ 30.000 fois par an apparaît-il soudainement en tête du classement ? Tout simplement à cause d'un abaissement de la limitation de vitesse intervenu le 1er août 2011. Depuis cette date, la vitesse maximum autorisée au niveau du radar est de 90 km/h.

Quand les changement de vitesse sont récents, les GPS et autres avertisseurs de radars ou de zones à risque, même ceux avec abonnement payant, ne sont pas forcement à jour et induisent le conducteur en erreur.

Même si les limitations de vitesse des autoroutes dans les traversées urbaines sont de plus en plus souvent de 90 km/h (Nice, Toulouse, Reims, Saint-Etienne, etc), les automobilistes ne sont pas encore habitués et ne remarquent pas toujours les panneaux de limitations de vitesse. D'autant plus, comme c'est le cas à Saint-Avertin, lorsque le radar est installé au début de la zone limitée à 90 km/h et que seulement 2 panneaux indiquent la vitesse à respecter.

En 2010, un même abaissement de la limitation de vitesse avait fait du radar fixe installé sur l'A31 à Maxeville en Meurthe-et-Moselle le champion de l'année avec 169.521 flashs.