Lancées à grand renfort de communication depuis maintenant un an, les voitures radars dont la conduite a été confiée à une entreprise privée en région Normandie ressemblent de plus en plus à un flop pour la sécurité routière en verbalisant très peu et en ne permettant pas une baisse généralisée des vitesses.

Très peu de flashs

Dans une réponse parlementaire, le ministre de l'Intérieur avait déjà reconnu que ces radars privatisés avaient très peu flashé au mois d'octobre 2018 puisqu'ils avaient enregistré seulement 2 248 infractions pour 38 000 kilomètres parcourus par les voitures radars.

Selon les chiffres révélés par le journaliste Gilles Patry du journal La Presse de la Manche, le préfet de la Manche vient de confirmer cette tendance puisqu'au cours des six derniers mois, les voitures privatisées n'ont relevé que 1 760 infractions dans ce département soit moins de 10 infractions par jour.

Dans le détail, on apprend que dans la Manche, ces voitures ont relevé 433 infractions en janvier en parcourant 198 sections de routes puis 382 en février sur 150 sections de routes puis encore moins en mars avec 258 infractions sur 164 sections de routes.

Pourtant, dans le même temps, le préfet annonce que sur les quatre premiers mois de l'année, le nombre total d'excès de vitesse enregistrés dans le département est en forte hausse de +54% passant de 25 831 en 2018 à 39 888 en 2019 alors même qu'un quart des radars fixes est hors-service.

conduite voiture radar privatisée

Un grand flop

A ce jour, les radars privatisés ressemblent donc de plus en plus à un grand flop en n'étant pas la solution tant attendue par la Sécurité routière mais pas non plus la cash-machine tant redoutée par les automobilistes.

Les chiffres sont ainsi assez parlant, le déploiement de près d'une trentaine de voitures radars privatisées dans les départements de Normandie n'empêchent pas du tout la hausse des excès de vitesse sur leurs routes.

Ces voitures radars difficilement repérables au milieu du trafic ont pourtant été mises en service pour augmenter la probabilité du contrôle en tous points et à toutes heures en les faisant rouler rouler beaucoup plus pour atteindre l'objectif qui est de faire baisser les vitesses sur les routes et donc de diminuer le nombre d'accidents.

Les premiers résultats pour l'amélioration de la sécurité routière semblent donc nuls...

C'est un flop aussi pour les finances de l'Etat car avec leur très faible activité, les contraventions envoyées pourraient même ne pas suffire à couvrir les frais de ce service.

En effet, le marché public d’externalisation de la conduite des voitures radars prévoit une rémunération moyenne de 120 000 euros TTC par voiture et par an de la société Mobiom qui a remporté l'appel d'offre. Avec 26 véhicules en circulation, le coût annuel pour la Sécurité routière est donc de 3.1 millions d'euros.

Rien que pour couvrir ces coûts, il faudrait en moyenne entre 240 et 280 infractions relevées chaque jour par l'ensemble des voitures privatisées.

Et encore le montant de 3.1 M€ présenté ci-dessus ne comprend pas les 100 000 euros investis dans chaque véhicule pour les acheter et les équiper. Pas plus qu'il n'inclut les millions d'euros qui ont été dépensés pour mettre au point ce nouveau modèle de radar ou encore tous les frais annuels de maintenance... Ces deux derniers dossiers faisant d'ailleurs l'objet d'une plainte pour favoritisme dans l’attribution de marchés publics par l'association Anticor.