Lors de la présentation du bilan provisoire de l'accidentologie pour l'année 2018, la Sécurité routière a présenté un petit graphique qui est semble-t'il passer inaperçu dans les médias... Pourtant, il indique que la nouvelle limitation de vitesse sur les routes passées à 80 km/h n'est pas respectée par la majorité des véhicules!

Une vitesse moyenne de 83 km/h

Pour vérifier l'efficacité et le respect de la mesure visant à abaisser à 80 km/h la vitesse maximum autorisée sur les routes sans séparateur central, la Sécurité routière a fait appel au CEREMA pour mener une étude sur les vitesses pratiquées.

Des instruments de mesures ont ainsi été disposés sur le réseau passé à 80 km/heure sur 50 points d'observation répartis sur des "routes « neutres » sans dénivelé ni courbes spécifiques où l'usager peut accélérer" et cela dans 20 départements différents. Les résultats ont été calculés à partir de 44 millions de passages de véhicules, entre juin et novembre 2018.

Sur les routes limitées à 80 km/h, la vitesse moyenne pratiquée par les véhicules légers a baissé de 3,9 km/h dès le mois de juillet et est resté stable à ce niveau au cours des mois suivants.

Vitesse moyenne sur les routes à 80 km/h

Vitesse moyenne sur les routes à 80 km/h

En regardant attentivement le graphique ci-dessus, on s'aperçoit que si le 90 km/h était bien respecté puisque, avec cette limitation de vitesse, la vitesse moyenne des véhicules circulant sur ce réseau n'était que de 87 km/h, ce n'est plus du tout le cas avec le 80 km/h puisque la vitesse moyenne pratiquée par les véhicules légers sur les route limitées à 80 km/h est désormais de 83 km/h!

Encore pire, on remarque également que la forte baisse de la vitesse moyenne enregistrée dès le mois de juillet tend à se réduire au fil des mois puisqu'elle ne cesse de remonter depuis pour atteindre 83,3 km/h au mois de novembre soit 0,7 km/h de plus qu'en juillet.

Pourcentage des véhicules en excès de vitesse

Pourcentage des véhicules en excès de vitesse

Comme on le voit sur le graphique ci-dessus, désormais, la majorité des véhicules circulent en excès de vitesse puisque et leur part ne fait qu'augmenter au fil des mois...

Si au mois de juillet, 52% des véhicules légers circulaient à plus de 80 km/h, cette part atteint 57% au mois de novembre.

On remarque également que plus de 20% des véhicules légers roulent toujours à plus de 90 km/h.

De plus, on peut voir que l'abaissement de la vitesse n'a pas eu beaucoup d'effet sur les conducteurs roulant le plus vite puisque la part des véhicules circulant à plus de 100 km/h n'a que très peu baissé en passant seulement de 12 à 9%.

Du jamais vu !

L'abaissement de la vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire a donc créé un infractionisme de masse encore jamais vu auparavant.

En effet, selon les chiffres publiés chaque année par l'Observatoire des vitesses, cela fait désormais de nombreuses années que la vitesse moyenne de circulation des véhicules ne dépasse plus la vitesse maximum autorisée et cela quelque soit la limitation de vitesse en dehors des agglomérations.

Par exemple, sur autoroute, la vitesse moyenne mesurée pour les véhicules légers n'a jamais dépassé les 127 km/h, et encore cela était pour l'année 2000. Depuis 2007, la vitesse moyenne enregistrée sur les autoroutes est systématiquement en dessous de 120 km/h.

Sur les routes avec séparateur central limitées à 110 km/h, si la vitesse moyenne enregistrée en l'an 200 était de 112 km/h, depuis, elle est redescendue autour des 100 km/h avec un pic à 105 km/h en 2015.

Des radars qui crépitent

Avec un tel taux de non respect de la limitation à 80 km/h, les radars enregistrent d'excellents résultats pour les finances de l'Etat. En effet, le gouvernement a déjà acté une multiplication par deux du nombre de flashs émis par les radars fixes installés sur les routes à 80 km/h.

Les premiers résultats détaillés publiés dans certains départements font effectivement état d'une moyenne de deux fois plus de flashs en 2018 qu'en 2017 alors même que seulement six mois ont été concernés. Pour certains radars, on constate même une multiplication de l'activité par 5!