Dimanche matin, de nombreux automobilistes circulant sur le boulevard du Colonel-Cayrol à Perpignan ont été flashés par le radar feu rouge installé au carrefour avec l'Avenue Jean Mermoz.

Cette augmentation subite du nombre de flash émis par l'appareil n'est pas dûe à un dysfonctionnement du radar, ni même au passage d'une horde de chauffard. Non, cela est simplement dût à un policier municipal qui devait sécuriser sur cet axe le passage des centaines de coureurs du semi-marathon de Perpignan. Pour cela, il a donc enjoint les automobilistes à franchir le carrefour même lorsque le feu était rouge. Le radar n'ayant pas été mis hors service, il a flashé des dizaines d'automobilistes.

L'histoire pourrait s'arrêter là si les contraventions avaient été tout simplement annulées, mais d'après les autorités compétentes citées par le journal L'Indépendant qui a relaté l'affaire, la démarche pour les automobilistes flashés est bien plus complexe...

"Le radar étant automatisé, les "faux" contrevenants recevront bien leur P.V. par courrier mais seront exemptés d'amende et de perte de points. A ce titre, chacun doit déposer une main courante auprès de la police municipale de Perpignan qui dressera une liste. Dès réception de la "prune", il suffira alors de retourner au commissariat l'apporter pour la faire annuler."