Jeudi 14 novembre à 1h15, un homme a été interpellé après avoir incendié un radar fixe sur la rocade ouest du Mans dans le quartier des Ardriers par une patrouille de surveillance mise en place par les forces de l'ordre depuis le regain de vandalisme contres les radars.

L'homme de 24 ans domicilié au Mans a indiqué avoir versé du parfum sur le radar puis mis le feu avec un briquet, après avoir donné quelques coups sur l'appareil à l'aide d'une pince multiprise. L'appareil n'a pas été détruit, seule une vitre a été brisée.

Jugé en comparution immédiate, le jeune homme a expliqué devant le tribunal avoir perdu son emploi à la suite d'une suspension de permis de conduire qui lui avait été infligée pour conduite sous l'emprise de stupéfiants.

Si la ministre de la Justice, Christiane Taubira, a demandé aux responsables des parquets une "particulière fermeté" face aux destructions "inacceptables" de radars routiers et de bornes écotaxe, elle n'a pas du être entièrement satisfaite du jugement prononcé. En effet, le jeune homme a été condamné à 150 heures de TIG et a aucune amende.

Pour rappel, toute dégradation ou destruction d'un radar constitue une infraction qui peut entraîner jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et 45.000 € d'amende.

Trois autres personnes ont été interpellées la semaine dernière alors qu'elles s'apprêtaient à détruire un radar automatique à Saint-Jean-de-Vilaine (Ille-et-Vilaine). Remises en liberté, elles comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Rennes début décembre.