Les radars tourelles sont installés partout en France depuis le mois de juin dernier. En ce début d'année, on en compte déjà environ 400 unités mais ce nombre sera porté à 1 200 fin 2020.

Comme prévu, leur déploiement se fait déjà dans une logique de leurre puisque de nombreuses cabines sont en réalité vides.

Des radars leurres

Lors du comité interministériel de la sécurité routière d'octobre 2015, l’État a annoncé vouloir multiplier par 4 le nombre des zones sécurisées par des dispositifs de contrôle automatisé notamment en installant des radars leurres.

La technique du radar leurre est très simple, on installe des milliers de cabines mais seulement une petite partie d'entre elles sont équipées d'un radar actif alors que toutes les autres sont vides et ne sont que des leurres. A terme, il est prévu que seule une cabine sur cinq soit active.

Pour que cela fonctionne sur le long terme, les cabines actives et les cabines leurres ne sont pas toujours les mêmes puisque les systèmes radars sont déplacés régulièrement et aléatoirement entre toutes les cabines.

De nombreux radars vides

Extérieurement, les radars tourelles leurres sont presque indiscernables de ceux qui sont actifs mais il est assez facile de se rendre compte de la supercherie lorsque les cabines sont vandalisées...

En effet, depuis ces derniers mois, de nombreuses cabines ont été dégradées ce qui a permis de ce rendre compte qu'elles étaient vides.

Lorsque les boitiers sont ouverts, il est très facile de repérer ceux qui ne sont pas équipés du système radar qui rempli tout le contenu de la cabine. Au cours de ces 30 derniers jours, on a ainsi pu constater que les radars tourelles installés à Miniac-Morvan (35), Miremont (31), Enisheim (68) ou encore Doix-les-Fontaines (85) n'étaient pas équipés d'un système radar.

La cabine vide d'un radar leurre

cabine radar tourelle vide

On a pu également se rendre compte que certains radars totalement détruits par incendie étaient également des boites vides puisqu'il ne restait plus que la carcasse de la cabine et aucune trace des composants internes... Cela a été le cas ces derniers jours à Creil (60) et Etoile-sur-Rhône (26).

La carcasse d'un radar leurre incendié

cabine radar tourelle vide incendiée

Nos observations sur le terrain au cours des 30 derniers jours ont également permis de nous rendre compte que de nombreux autres radars tourelles n'étaient pas actifs plusieurs jours voir plusieurs semaines après l'installation de la cabine.

C'est le cas notamment de ceux de Volx (04), Saint-Rémy de Provence (13), Noron-l'Abbaye (14), Plemet (22), Martres-de-Rivière (31), Lacquy (40), Veauche, Cuzieu, Saint-Julien-Molin-Molette (42), Verdun (55), Raismes (59).

Ces observations ne portent que sur un nombre limités de cabines et pourtant 17 ont déjà été répertoriées comme vides. On estime donc qu'à ce jour, entre 10 et 20% des radars tourelles ne sont que des boites vides.

Et cette proportion va continuer d'augmenter au fur et à mesure des nouvelles installations puisqu'à terme, ce seront 80% des cabines qui seront vides!

Pas inactives longtemps?

Attention, les cabines inactives ne le restent pas forcement longtemps... Au cours de ces derniers jours, on a par exemple pu se rendre compte qu'au moins trois radars tourelles qui étaient restés vides pendant plusieurs semaines ont été équipés d'un système radar.

Le cas le plus emblématique est le radar de Beauvoir (60). Incendié quelques heures après son installation, il avait été remonté vide quelques semaines plus tard mais la semaine dernière, les techniciens sont venus pour installer le radar dans la cabine.

La même chose a été repérée sur les radars de Gron (89) et Moncrabeau (47) qui étaient restés vides depuis leur installation début novembre.

Par contre, nous ne savons pas si ces installations correspondent à la mise en service de nouveaux systèmes radars ou au déplacement du système radar depuis d'autres cabines.