En ce début de mois de mai, les incendies de radars sont repartis de plus belle puisque ce sont au moins cinq radars fixes qui ont été détruits par le feu la nuit dernière en Normandie. Les cabines concernées sont situés dans l'Orne, l'Eure et le Calvados.

Dans l'Orne il s'agit du radar double sens de Saint-Martin-des-Pézerits.

Dans l'Eure, c'est le radar double sens de Mandres (D926) et le radar fixe de Nonancourt (N12) qui ont été touchés.

Enfin, dans le Calvados, les radars automatiques d'Hérouville-Saint-Clair sur le périphérique de Caen et de Clecy (D562) ont également été brûlés. On notera d'ailleurs que ces deux radars avaient déjà été incendiés au mois de décembre. Si les cabines étaient hors-service depuis cette date, elles n'étaient pas totalement détruites.

Ce n'est pas la première fois que des cabines déjà incendiées une première fois sont achevées par un second incendie, cela a déjà été le cas à plusieurs reprises par exemple en Isère sur le radar d'Estrablin, à Habas dans les Landes ou encore à Pompignan dans le Tarn-et-Garonne.

Plus de 500 radars incendiés

Depuis le début de la crise des gilets jaunes au mois de novembre dernier nous avons comptabilisé que plus de 500 radars automatiques ont été incendiés.

Si le nombre d'incendie est en baisse constante depuis le début de l'année, on a encore dénombré au moins treize radars détruits totalement ou partiellement par le feu le mois dernier.

Les faits ont concerné les radars fixes d'Urcuit (64), de Saint-Martin de Crau (13), de La Cadière-et-Cambo (30), de Temblay (35), de Chateauneuf d'Ille-et-Vilaine (35), de Miniac-Morvan (35), de Montgaillard (81), Erize-le-Petite (55), Mauron (56), Vesoul (70), Biscarosse (40) ou encore le radar autonome de Saint-Laurent-la-Vernède (30) et le tout nouveau radar double face d'Arles (13).