radar autonome

La mise en place des 1000 zones de contrôles leurres par panneau a débuté depuis le mois de février. Ces zones dénommées également "itinéraires sécurisés" pourront être d'une longueur de 5 à 100 kilomètres et comporteront en moyenne un emplacement de contrôle tous les 2 à 3 km. Au total, ces zones de contrôles par panneaux leurres comporteront 12000 emplacements de radars autonomes qui seront annoncés par un panneau radar même lorsque le radar ne sera pas installé.

Sur l'ensemble des 12000 emplacements qui seront retenus par les préfectures, certains ne conviendront pas pour l'installation d'un radar autonome. Le Ministère de l'Interieur, via la Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routières (DSCR) vient donc d'annoncer l'aménagement le long de ces axes d'environ 6000 emplacements pour la pose de radars autonomes au cours des quatre prochaines années. Le montant minimum du marché public est de 1 million d'euros.

L'aménagement devra assurer le respect des conditions techniques de pose du radar : stabilisation du terrain et capacité à garer le véhicule du technicien à proximité, distance par rapport à la route, en fonction de la VLA (Vitesse Limite Autorisée) et des consignes du gestionnaire de voirie, pente et dévers du lieu de pose. Mais aussi respecter les conditions réglementaires et administratives notamment conformité aux conditions du certificat de type du radar autonome et autorisation du propriétaire du site à la pose du radar sur son emprise. Lorsque l'emplacement est situé en agglomération, il faudra s’assurer que le maire est d’accord sur le contrôle et le lieu de pose.

Les emplacements devront également éviter une proximité immédiate avec un radar fixe existant, éviter la proximité immédiate avec un changement de la vitesse maximale autorisée (si la vitesse de contrôle est la plus basse) et éviter la proximité immédiate avec un croisement de route.

Contrairement aux radars fixes, dans la très grande majorité des cas, les emplacements de radars autonomes seront installés en retrait de la route et ne nécessiteront pas la pose de glissières de sécurité.

En fonction de la configuration des lieux, les emplacements pourront être aménagés avec un simple terrassement ou la réalisation d'une dalle en béton. Dans les cas plus complexes, il faudra mettre en place un busage sur les fossés ou encore aménager des emplacements avec des murs de soutènement. Dans certains cas, les emplacements seront également pourvus d'un tapis anti-végétation ou d'un stabilisant permettant la végétalisation. Dans tous les cas, les lieux devront être remis à l’identique d’avant les travaux (réfection de chaussée ou de trottoir, gazonnage, etc).

Le titulaire du marché devra également assurer le gruttage du radar autonome sur son emplacement lorsque cela est nécessaire, mais également assurer les opérations de fauchage ou d’élagage autour de l'emplacement ou encore la pose de protection GBA, c'est à dire les glissières en béton temporaires...

Les résultats de l'appel d'offre seront connus avant la fin de l'année. Les premiers travaux d'aménagement des emplacements commenceront début 2017. D'ici là, les premiers panneaux signalant les emplacements seront déjà installés.