contraventionLe 30 août 2008, Pierre-François Divier, avocat au barreau de Paris, se fait flasher par un radar automatique à Paris. Il est pris à 52 km/h au lieu des 50 autorisés. Cet avocat, spécialiste du droit routier, conteste la contravention car l’identification du conducteur est impossible sur la photo.

La contestation du PV est envoyée en bonne et due forme, c'est à dire en recommandé et avec tous les documents nécessaires. Le problème c'est que le courrier n’est jamais parvenu à destination à cause d’une erreur de la Poste. Et le temps que l’avocat s’en rende compte, la machine administrative s’est mise en route : en février, il reçoit une amende majorée de 375 euros. Il réitère donc sa demande de contestation mais en mai, juin et juillet 2009, il essuie trois nouveaux refus et une obligation de régler 431,28 euros par voie d’huissier avec menace de saisi sur compte bancaire.

Pour l'avocat, la coupe est pleine, l’attitude de l’administration s’apparente à de l’extorsion de fonds. Un dépôt de plainte contre X pour tentative d’extorsion de fonds a donc été déposé hier devant le procureur du tribunal de grande instance de Paris.

Source: Europe 1