Cécile Petit, la déléguée interministérielle à la Sécurité routière, interrogée aujourd’hui par France Bleu Ile-de-France a de nouveau évoqué la possibilité de la suppression des panneaux avertissant de la présence d'un radar fixe. Elle a notamment déclaré qu’il était possible que «dans les mois ou les années qui viennent, on n'indique plus spécifiquement» les emplacements des radars fixes «parce que maintenant, les Français ont compris la nécessité de respecter la vitesse et donc il n'est plus nécessaire ou obligatoire de les aviser qu'ils vont rencontrer un radar et la politique d'appuyer sur le frein pour appuyer sur l'accélérateur tout de suite après le radar est détestable».

La suppression des panneaux avait déjà été très brièvement évoquée quelques semaines avant les élections législatives mais en raison du risque de l'impopularité de la mesure, Alain Juppé, alors ministre de tutelle de la Sécurité routière, avait rapidement mis un terme aux spéculations qui reviennent sur la table aujourd'hui que les échéances électorales sont passées.