Les radars fixes installés au bord des routes d'Indre-et-Loire ont beaucoup souffert ces derniers mois puisque toutes les cabines ont été dégradées et misent hors service, ponctuellement ou définitivement. Seuls les 10 radars feux rouges et les 2 radars passage à niveau ont été épargnés.

Détruits ou incendiés

Sur les 30 radars fixes installés dans le département, 18 ont subi des dégradations répétées mais ils sont presque tous remis en service aujourd'hui.

Par contre, 12 cabines sont à remplacer entièrement car elles ont été incendiées ou détruites par d'autres moyens.

C'est le cas par exemple des radars de Monnaie (x2), Neuillé-Pont-Pierre, Sainte-Catherine de Fierbois, Chouzé-sur-Loire ou encore Auzouer-en-Touraine, Saint-Avertin et Esvres.

Quant aux cabines de Tours, Noizay et Vernou-sur-Brenne, elles ont été neutralisées définitivement par d'autres moyens.

Les carcasses des radars mis hors-service définitivement devraient être démontées rapidement. Leur remplacement, éventuellement par les nouveaux radars tourelles, prendra lui beaucoup plus de temps...

Deux fois moins de flashs en 2018

L'activité des radars automatiques du département d'Indre-et-Loire au cours de l'année 2018 a également été révélé par la préfecture.

Sans surprise, le nombre de flashs enregistrés l'année dernière est en chute libre. Pourtant, ce ne sont pas seulement les dégradations qui expliquent cela.

En effet, si les 31 radars de vitesse, mais aussi les dix radars feux rouges et les deux radars passage à niveau ont flashé 213 385 fois en 2018 et que c'est 296 000 flashs de moins que l'année précédente, la différence s'explique par deux facteurs essentiels.

Tout d'abord, par le retrait du radar chantier installé sur l'A10 qui avait flashé à lui seul 213 000 fois en 2017, mais aussi par le fait que 17 radars fixes situés sur les routes passées à 80 km/h n'ont pas relevés la moindre infraction au cours du mois de juillet.