justice

Dans l'Aveyron c'est tenu mardi un procès inédit. 15 personnes ont été entendues devant le tribunal correctionnel pour avoir indiqués sur Facebook les lieux de plusieurs contrôles radars des forces de l'ordre.

Durant l'audience, Me Josseaume qui défend 11 des prévenus, a essayé de démontré qu'à aucun moment ses clients n'avaient eu la conscience ou l'intention de nuire à la sécurité routière, bien au contraire puisque la page Facebook incriminée regorge d'appels à la prudence.

Le procureur de la République de Rodez qui est à l'origine de ce procès a quant à lui demandé des suspensions de permis pour les prévenus pour des durées allant de 15 jours à 4 mois selon les cas.

A la sortie de l'audience, l'avocat était confiant car pour lui, les poursuites sont fragiles. Il s'est donc déclaré optimiste quant à l'issue du procès d'autant plus que le juge s'est montré très humain et pragmatique.

Le jugement qui a été mis en délibéré au 3 décembre prochain à 14h est très attendu car ce procès est le premier du genre, il est historique et fera jurisprudence. L'enjeu est de savoir si la justice va devoir condamner tous les outils d'aide à la conduite.