gendarmerie

Depuis l'apparition des premiers radars automatiques, certains usagers de la route s'amusent à les défier dans le but de passer en excès de vitesse devant un radar sans se faire prendre. Si le jeu est plus compliqué pour les voitures puisque cela nécessite de masquer sa plaque d'immatriculation, c'est beaucoup plus facile pour les motards.

En effet, comme les motos ne sont équipées que d'une plaque arrière, les motos en excès de vitesse circulant devant un radar qui flashe par l'avant passent à travers les mailles du filet. En plus de passer en grand excès de vitesse, certains n'hésitent pas à faire des gestes de bravades sur les photos.

Devant la multiplication de ces excès de vitesse non sanctionnés, le Centre Automatisé de Constatation des Infractions Routières (CACIR) a mis en place une cellule spécialisée pour la recherche des chauffards multi-récidivistes.

Le but de cette cellule est de compiler les excès de vitesse non sanctionnés imputables à un même conducteur afin de déterminer le véhicule utilisé, les jours et horaires de passages et spécialement pour les motards, la tenue vestimentaire et le modèle de casque.

Tous les éléments du dossier, notamment les photos, sont ensuite transmises aux services de gendarmerie du département qui sont chargés de l'enquête.

Ce sont les motards multipliant les excès de vitesse devant un même radar qui sont le plus facilement repérés. Ces derniers mois, de nombreux cas ont été rapportés dans la presse.

En avril, un motard des Côtes d'Armor a été interpellé pour 24 excès de vitesse en 12 mois. En juin, c'est un motard de l'Aube qui a fait déclencher pas mois de 53 fois en 12 mois le radar installé sur la D660 à Montgueux dans la périphérie de Troyes qui a été interpellé alors qu'il circulait sur cette même voie. En août, c'est un motard de la Sarthe qui a été interpellé pour de multiples infractions commises en grand excès de vitesse.