Le 30 mai, l'installation de contrôle de vitesse par tronçon (CVT) sera mise en service sur l'autoroute A9 entre Aigle et Bex, en direction du Valais, donc dans le sens Lausanne vers Sion. Durant les quatre premières semaines, aucune amende ne sera infligée. Il s'agit du second radar tronçon mis en service sur les autoroutes suisses après celui du tunnel d’Arisdorf, sur l’A2 dans le canton de Bâle-Campagne.

Contrairement aux radars habituels, les installations de contrôle de vitesse par tronçon ne déterminent pas la vitesse en un seul point, mais établissent une moyenne de celle-ci sur un tronçon donné. Cette méthode de contrôle permet d'améliorer la fluidité du trafic et la sécurité routière. En outre, le dispositif permet de vérifier le respect des limitations fixées pour chaque type de véhicules, puisqu'il est capable de différencier les voitures de tourisme, les autobus, les poids lourds et les véhicules avec remorque.

Les tests sur le tronçon partiel Aigle - Bex, long de huit kilomètres, seront effectués au moyen d'un appareil de contrôle portable, qui vient d'être agréé par l'Office fédéral  de métrologie (METAS). Le tronçon sera vraisemblablement équipé d'une installation fixe dès 2012.

Avant de pouvoir sanctionner les excès de vitesse, la police va procéder à une phase test afin de contrôler le bon fonctionnement du système et le traitement des données. Les véhicules en excès de vitesse seront flashés, mais la police n'enverra pas d'amendes dans un premier temps. L'OFROU diffusera une nouvelle information lorsque la police commencera à sanctionner les excès de vitesse et à envoyer les amendes. 

La phase d'exploitation des installations CVT en Suisse fera l'objet d'une évaluation scientifique, dont les résultats devraient être publiés à l'automne 2011.