Depuis quelques jours, si vous circulez dans les rues de Paris, vous avez peut-être croisé cet étrange système... Repéré par un membre d'Info Trafic 17, ce dispositif est actuellement installé sur le boulevard Diderot au carrefour avec la rue de Picpus mais vous pouvez également en croiser un autre au carrefour entre la rue de Tolbiac et la rue de Bobillot.

Des mesures de pollution

Il y a un radar de type LIDAR comme dans les radars chantiers, une caméra pour prendre en photo les véhicules, ça mesure la vitesse et pourtant, ce n'est pas un radar...

Il s'agit d'un système, dénommé EDAR (Emissions Detection And Reporting), qui permet de mesurer les émissions de polluants de chacun des véhicules qui passent sous son capteur. Mis au point par la société américaine HEAT, ce dispositif est dérivé du système d'analyse de l'atmosphère qu'utilise la NASA dans ses satellites.

Son radar de type LIDAR lui permet de détecter et de mesurer l'absorption infrarouge des gaz critiques pour l'environnement qui sont émis par les véhicules. Il fournit un rapport détaillé pour chaque véhicule couplé à une photographie du véhicule contrôlé pour un large choix de gaz comme le NOx, le CO2 mais aussi pour les particules fines, les HC (hydrocarbures imbrûlés), etc.

Système EDAR rapport émission de polluant véhicule

Le système mesure tout le panache de gaz d'échappement dont il peut même fournir une visualisation 3D...

panache de gaz d’échappement visualisation 3D

Pour éviter les mesures non significatives, le système mesure également la température d’échappement ainsi que la vitesse et de l’accélération du véhicule. Cela permet d'éliminer les mesures pour les véhicules qui viennent de démarrer ou qui accélère fortement pour doubler.

L'unité EDAR est couplée à un système LAPI qui permet de recueillir automatiquement les plaques d'immatriculation des véhicules contrôlés.

Des tests partout dans le monde

Pour le moment, des tests du système EDAR sont réalisés dans plusieurs pays. Aux Etats-Unis bien entendu, mais aussi au Royaume-Uni à Londres ou Birmingham.

A Paris, le système de mesure restera en place jusqu'au 16 juillet et il doit permettre de mesurer les émissions de plus de 100 000 véhicules.

Le système EDAR

En 2017, un programme pilote a également été mené en Ecosse et les résultats sont assez impressionnants. Le couplage avec la reconnaissance de plaque permet de déterminer automatiquement la marque et le modèle du véhicule mais également sont classement selon la norme d'émission européenne.

Il en ressort notamment que pour les diesels, un dépassement systématique des limites d’émissions de NOx est enregistré... Par exemple, de nombreux diesel classés EURO 6 émettent six fois plus de NOx que ce que la norme autorise! Ce qui fait qu'ils ne répondent même pas à la norme euro 3…

Quel avenir?

A l'avenir, les capteurs EDAR ne devraient pas verbaliser automatiquement les véhicules dont les émissions dépassent le seuil autorisé (même si cela est envisagé en Californie). Par contre, ils pourraient être utilisés pour vérifier les émissions des véhicules qui souhaitent entrer dans les zones ZCR ou de futures zones basses émissions.

En France, l'idée d'en installer sur les portiques écotaxe fait son chemin comme le rapporte l'Argus. Un tel système permettant de faire la chasse aux pollueurs en repérant facilement les diesels "défapés", les catalyseurs démontés ou encore les véhicules équipés de systèmes de neutralisation d’injection d’AdBlue...

Cela permettrait également de mettre en évidence les « tricheries » des constructeurs en repérant les types de véhicule dont la pollution est bien trop grande en conditions réelles de circulation par rapport aux émissions annoncées...