radar pédagogique

On s'en doutait, c'est maintenant officiel! Les radars fixes qui sont annoncés par un radar pédagogique et non plus par un panneau flashent plus que les autres. Selon Le Figaro, la différence serait en moyenne une hausse de 15% du nombre de flashs.

Même si le chiffre n'a pas été confirmé, cette tendance à la hausse a bien été validé par l'ANTAI, l'Agence nationale de traitement automatisé des infractions, l'établissement public qui gère la mise en œuvre du programme contrôle-sanction automatisé.

Par contre, ce n'est pas la moindre visibilité des radars pédagogiques qui est en cause, c'est plutôt la multiplication des radars pédagogiques non suivis d'un radar qui provoquerait cette hausse. En effet, selon un spécialiste, «nombre d'usagers n'ont pas compris que ces appareils pédagogiques annoncent le plus souvent un dispositif sanction. Il est vrai aussi que certains sont installés seuls sur les routes. Alors les automobilistes s'y perdent et se font avoir!».

Quand on rajoute aux radars pédagogiques installés par le gouvernement dans des zones non contrôlées par un radar à ceux installés par les Conseil généraux ou encore par les mairies ou les communauté de commune, le nombre de radars pédagogiques est aujourd'hui bien supérieur au nombre de radars installés.

Et pourtant, le chantier de remplacement des panneaux avertissant de la présence d'un radar par un simple radar pédagogique est loin d'être terminé, de très nombreux radars fixes sont encore annoncés par des panneaux. c'est notamment le cas sur les autoroutes où l'installation de radars pédagogiques est problématique.

Même si nous avons échappé à la suppression totale du signalement des radars et l'interdiction totale des avertisseurs radars, il n'en reste pas moins que les mesures décidées lors du Comité Interministériel de la Sécurité Routière de mai 2011 auront atteint leurs buts...