En octobre 2013, la Bretagne était secouée par la mobilisation des bonnets rouges contre l'écotaxe. Si au départ, les portiques et les bornes ecotaxe étaient visés, au début du mois de novembre ce sont les radars fixes qui ont commencé à être pris pour cible.

Sur les 109 radars fixes que compte les quatre départements bretons (Finistère, Morbihan, Côtes d'Armor, Ille-et-Vilaine) au 31 décembre 2013, 41 avaient été détruits, la plupart par incendie.

Six mois plus tard, au mois d'avril, le journal Le Télégramme avait mené l'enquête et découvert que sur les 41 radars mis hors-service pendant la fronde des bonnets rouge, seulement 13 étaient de nouveau opérationnel.

Depuis le début du mois de juin, la situation a évoluée et plusieurs radars ont été remis en place dans le Morbihan et dans le Finistère. Il en va de même en Côtes d'Armor où le préfet vient d'annoncer que l’ensemble des 9 radars fixes installés sur les routes du département et détruit en fin d'année 2014 seraient tous remis en service d’ici la semaine prochaine.