union europeenne

Après l'Espagne au mois d'août, la sécurité routière annonce qu'un nouvel accord d'échange d'informations avec les Pays-Bas met fin à l'impunité des chauffards hollandais sur les routes de France.

Depuis le 15 septembre, les conducteurs de véhicules immatriculés aux Pays-Bas pourront se voir verbalisés et poursuivis lorsqu'une infraction est relevée à leur encontre par un appareil de contrôle automatique (radar fixe, radar feu rouge, radar tronçon, etc).

La Sécurité routière précise que les automobilistes néerlandais font l'objet de 200.000 flashs de radars automatiques chaque année. Désormais, les autorités françaises disposent d'un dispositif bilatéral avec tous les voisins majeurs de l'Hexagone à l'exception de l'Italie et de l'Allemagne puisque outre l'Espagne et les Pays-Bas, des accords existent avec la Belgique, la Suisse et le Luxembourg.

Ces accords doivent se généraliser à l’ensemble des pays de l'Union européenne avant la fin de l'année en vertu d’une directive de Bruxelles de novembre 2011 qui prévoit l’échange d'informations entre tous les pays de l’Union pour les infractions au code de la route comme les excès de vitesse mais aussi le non-port de la ceinture de sécurité, le franchissement d’un feu rouge, la conduite sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants, le non-port du casque en deux-roues motorisés, la circulation sur une voie interdite ou encore l’usage illicite d’un téléphone portable.

Il restera tout de même des exceptions, puisque le Royaume-Uni, l'Irlande et le Danemark n'ont pas souscrit à cette directive.