radar pédagogique

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a annoncé dimanche le déploiement dès la semaine prochaine de 1000 radars pédagogiques qui indiqueront la vitesse mais ne sanctionneront pas les automobilistes.

En effet, avec l'annonce de la suppression des panneaux annonçant la présence d'un radar fixe mais aussi l'annonce de l'interdiction des avertisseurs radars, le gouvernement était sur une tendance au tout répressif. Pour tenter de faire passer les réformes auprès des français, mais aussi auprès des députés UMP, le gouvernement a décidé de mettre un peu de pédagogie sur les routes.

Claude Guéant a précisé, qu’il s’agissait « d’une première tranche » et que ces radars pédagogiques seront « placés notamment dans les zones dangereuses, y compris sur des itinéraires dans lesquels des radars existent ».

Il y a déjà en France plusieurs centaines de radars pédagogiques car depuis quelques années, de nombreuses communes ce sont déjà équipées de ce type de système. Le but de ces radars préventifs est de sensibiliser l'automobiliste en lui indiquant sa vitesse sur un panneau lumineux. Ces radars préventifs ne font qu'informer les conducteurs et ne délivre en aucun cas des PV.

Les modèles les plus basiques ne font qu'afficher votre vitesse en rouge si vous dépassez la vitesse autorisée ou en vert si vous la respectez. Des modèles qui sont plus évolués vous indiquent la vitesse maximum autorisée et, si vous êtes en excès de vitesse, le nombre de points que vous auriez perdus et le montant de l'amende que vous auriez payée. Par contre, tous les modèles sont capable de comptabiliser le nombre de véhicule et d'enregistrer leur vitesse. Ces statistiques permettent d'avoir des statistiques sur l'évolution des vitesse et de demander, ou pas, un vrai contrôle répressif.