Panneau 80 km/h

Lors d'une réunion du Conseil national de la sécurité routière (CNSR). le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, a confirmé la perspective de l'abaissement de la vitesse maximum autorisée à 80 km/h sur les routes bidirectionelles du réseau secondaire.

Il a cependant estimé que cette mesure « ne pouvait être envisagée que de façon expérimentale et sur des segments très accidentogènes » car « il faut prendre le temps de la pédagogie ». 

Le ministre a précisé qu'il allait d'abord recevoir officiellement un rapport du CNSR, puis recevoir l'ensemble des parties intéressées au dossier, et enfin faire le point avec les préfets. Après quoi, il lancera des expérimentations de cette nouvelle limitation de vitesse sur quelques segments du réseau routier à deux voies, connus pour être particulièrement dangereux.

La perspective d'un abaissement de la vitesse à 80 km/h sur l'ensemble du réseau routier, tout comme celle de l’expérimentation seulement dans certains départements s'éloignent donc pour le moment.

Mais la petite phrase prononcé par le ministre: "Une mesure, quelle qu'elle soit, ne peut être bien appliquée que si elle est comprise" peut laisser penser que la question de la généralisation à l'ensemble du réseau routier secondaire pourrait se faire rapidement si les résultats sur les segments expérimentés sont jugés très satisfaisants.

Comme les radars fixes sont censés être installés sur des portions de routes accidentogènes, certains d'entre devraient se trouver dans les zones d'expérimentation. A ce jour, plus de 800 radars fixes sont installés sur des routes départementales limitées à 90 km/h.