radar double sens

Le magazine Auto-Plus vient de publier une nouvelle enquête qui démontre que 52% des radars fixes installés depuis 2012 ne sont pas situés dans des zones dangereuses. Si ce chiffre est élevé, il est en baisse par rapport à une étude similaire publiée par le même journal en 2010. Celle-ci démontrait que 66% des radars n'étaient pas dans des zones dangereuses.

Pour réaliser cette étude, Auto-Plus a recoupé la cartographie des accidents corporels survenus en 2012 issue du fichier des accidents de la circulation (BAAC) avec la position réelle des radars automatiques installés depuis fin 2012.

Les pourcentages varient en fonction du type de cabines. Par exemple, pour les radars fixes classiques, 28 des 62 dernières cabines installées sont mal positionnées soit 45%. Mais pour les radars discriminants, le taux de radars mal positionnés monte à 56 %.

Pour aller encore plus loin, le journal a analysé le nombre moyen de flashs des cabines placées hors zone d'accident et celles en zone d'accident.

Le résultat est assez édifiant.

Pour les radars fixes classiques, la moyenne annuelle de flash par cabine est de 12358 hors zone d'accident et se seulement 4774 flashs pour les zones d'accident.

Pour les radars discriminants, là encore, les cabines hors zone d'accident flashent plus en moyenne que celles installées dans les zones d'accident mais la différence est moindre 19673 contre 11946.

Idem pour les radar placés sur autoroute, si les cabines placées dans des zones d'accident flashent en moyenne 14562 fois par an, celles placées hors zones d'accident flashent deux fois plus soit 29337 fois!

Il n'y a que pour les radars tronçons que ceux placés en zone d'accident flashent plus que ceux placés hors zone d'accident, 4518 contre 2944.