Alors que l'on apprenait jeudi, les conclusions de la mission parlementaire sur la sécurité routière, celles-ci sont déjà remises en cause. Armand Jung, le député du Bas-Rhin qui est le directeur de cette mission parlementaire dénonce la précipitation avec laquelle ont été annoncées les 40 mesures élaborées par les experts.

Dans une interview à 20 minutes.fr, il déclare: "Il n'y a pas eu de validation, et je ne veux pas que certaines mesures servent de test sur l'opinion. Dans ce domaine, les messages que nous envoyons doivent être transparents et cohérents. C'est un sujet trop sérieux car on parle de vie ou de mort par dizaines." Pour lui, cet affolement émane "de pressions sur le rapporteur de la mission de la part du ministre de l'Intérieur."  

En outre, les mesures annoncées ne seraient pas exactes, "Il est hors de question, par exemple, de se montrer indulgent avec les petits excès de vitesse, qui font augmenter l'accidentologie." Il a, en revanche confirmé la demande de suppression des kits main-libres, l'une des mesures phares du projet: "tous les spécialistes nous disent que c'est une catastrophe."