L'année prochaine, le budget consacré aux radars automatiques va atteindre un nouveau record avec 340 millions d'euros de dépenses soit une hausse de + 10 % par rapport à 2018 et même + 66 % par rapport aux dépenses de 2016!

Alors que le projet de Loi de finances 2019 est étudié à l'Assemblée Nationale, plusieurs députés ont déposé des amendements pour limiter voir réduire fortement les dépenses liées au contrôle automatisé des infractions.

Une politique inefficace

Pour Christophe Naegelen et les 6 autres députés de l'Union des Démocrates et Indépendants cosignataires de l'amendement I-1277, "la France est devenue le catalogue mondial des radars et axe toute sa politique sur la seule répression de la vitesse" et "poursuivre l’augmentation des contrôles automatiques contribue à pénaliser les automobilistes, sans pour autant améliorer la sécurité routière".

Ils souhaitent donc que les dépenses radars n'augmentent en 2019 car ils estiment que le dispositif des radars automatiques "a atteint ses limites" et qu'il "est nécessaire de penser la politique de sécurité routière autrement".

Même son de cloche chez Marine Le Pen qui avec son amendement I-1059 souhaite "lutter contre la politique de matraquage fiscal des automobilistes" en proposant de réduire drastiquement les dépenses liées aux radars en les passant de 340 à 170 M€ tout en faisant remarquer "l'échec de la politique du tout radar".

Plus d'argent pour l'entretien des routes

Si tous ces députés veulent réduire le montant des dépenses qui finance notamment l’installation et l’entretien des radars routiers, ils souhaitent réaffecter cette manne financière à l'entretien des routes.

Dans cette démarche, ils sont même rejoints par une dizaine de députés La République en Marche qui ont déposé l'amendement I-2158 pour que les 30M€ supplémentaires alloués aux dépenses des radars soit transféré au bénéfice de l’AFITF (Agence de Financement des Infrastructures de Transports de France) "pour l’entretien de nos routes" car " l’état des infrastructures routières françaises n’a cessé de se dégrader au cours des 10 dernières années, faisant dégringoler la France dans les classements européens".

Il en va de même pour l'amendement déposé par le Rassemblement National pour qui il apparait plus intéressant de "limiter l’affectation de ses crédits à l’installation de nouveaux radars fixes qui ne sont qu’un moyen de prévention de la sécurité routière pour favoriser l’entretien des infrastructures routières" et donc affecter cet argent à l'AFITF.

Ces amendements seront étudiés dans les prochains jours, mais il serait étonnant qu'ils soient retenus...