cabine radar fixe 2

Lors du Comité interministériel de la sécurité routière qui s'est déroulé le 2 octobre 2015, le gouvernement a annoncé son intention de multiplier par 4 le nombre de zones sécurisées par des dispositifs de contrôle automatisé. D'ici trois ans, 10 à 12000 nouvelles zones radars vont être créées.

Comment cela sera possible puisqu'il n'est prévu que 500 nouveaux radars ? C'est très simple, en installant de fausses zones radars !!

Si Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, a expliqué en partie ce nouveau système, on ne sait pas encore très bien comment cela va fonctionner. Les fausse zones radars pourront prendre deux formes, soit ce sera un panneau avertisseur suivi ou non d'un radar, soit ce sera des radars leurres.

Pour les panneaux signalant la présence de radars, ceux-ci pourront être installés lors de la mise en place temporaire de radars autonomes. Ils indiqueront donc une vrai zone avec contrôle radar. Mais lorsque le radar autonome sera déplacé, le panneau restera en place et constituera un leurre pour une fausse zone radar. Pour que l'automobiliste ne puisse pas s'habituer à ce leurre, le radar autonome sera réinstallé régulièrement mais aléatoirement dans cette zone!

Pour les fausses cabines radars, ce seront des cabines identiques en tous points à celles d’un vrai radar. Ces cabines seront opérationnelles et le système radar pourra être installé aléatoirement dans les différentes cabines pour que l'on ne sache jamais lesquelles sont actives et lesquelles sont vides.

C'est le système des panneaux radars qui pourrait être privilégié puisqu'il coûtera bien moins cher. En effet, le coût d'installation d'un panneau radar est en moyenne de 7500 euros et même s'il n'encaisse aucune amende, un panneau ne nécessite pas de frais d’entretien et restera en place pendant plusieurs années sans frais supplémentaires.

Pour les fausses cabines radars, l'idée a été présentée par Autoplus dès le printemps 2014 mais à l'époque on pensait à de simples fausses cabines toujours vides. Malheureusement si l'on en croit le délégué interministériel à la sécurité routière, le système sera plus vicieux que cela puisque "ce sont des cabines qui ressemblent en tous points à des radars ordinaires sauf que le système de mesure qui est dans ces cabines pourra être déplacé d’une cabine à l’autre de telle sorte que quand vous verrez ces cabines, vous ne saurez pas si elles sont actives ou non"! Bien sûr, que la cabine soit active ou non, elle sera signalée par un panneau radar.

Le système de fausses cabines opérationnelles est couteux et complexe et on peut imaginer qu'il ne sera pas très largement répandu. En effet, un radar automatique fixe nécessite un raccordement aux réseaux électriques et télécoms. Les coûts relatif aux travaux de génie civil et aux autres travaux d'installation de la cabine varient en fonction des lieux, mais hors système radar, le coût moyen est estimé à 50000 euros. De plus, même si le système radar à l'intérieur des cabines est installé dans un rack facilement déplaçable, l'opération d'installation et de désinstallation nécessite plusieurs heures de travail puisque le réglage du système de prise de vue mais aussi de l'angle de visée du radar varie en fonction du lieu d'implantation (position par rapport à la route, nombre de voie a contrôler, etc). Cela nécessite en plus la pose de divers scellements réglementaires et la vérification de l'installation par un agent assermenté. La mise en service sera également précédé d'une phase de test pour vérifier le bon fonctionnement du système. Il faudra donc plusieurs jours pour qu'un radar qui change de cabine soit de nouveau opérationnel. Cela va donc limiter son rendement puisque son taux de disponibilité sera plus bas que la moyenne des autres radars et cela aura un coût non négligeable puisque chaque installation/désinstallation sera facturée par le prestataire chargé du marché public.

Bien sûr, les cabines radars fonctionnelles sont bien plus dissuasive que les fausses cabines vides puisque ces dernières seront rapidement repérées et signalées sur les sites internet et les pages Facebook spécialisés. Leurs effets seraient donc limités aux usagers de passage puisque les habitués connaitront l'emplacement des vraies et des fausse cabines.

Une autre zone d'ombre concernant ces fausses zones radars n'a pas été abordée. En effet, on ne sait pas si le gouvernement va obliger les fabricants d'assistant d'aide à la conduite, comme Coyote ou Wikango, à signaler les fausses zones radars comme des zones de danger même lorsqu'il n'y a pas de radar installé après un panneau, ou lorsqu'une cabine est vide...