fiabilite radars

Plusieurs automobilistes ont été flashé par erreur sur la D936 à l'entrée de Castillon-la-Bataille (Gironde) dans le sens Bergerac-Bordeaux au début du mois de novembre 2010. En effet, les 8 et 9 novembre, un radar mobile installé face au 140 rue Michel-de-Montaigne à flashé tous les automobilistes circulant à plus de 50km/h alors qu'a cet endroit, la vitesse maximum autorisée est bien de 90 km/h.

Après avoir reçus leurs contraventions, plusieurs automobilistes flashés se sont rendus à la mairie ou à la gendarmerie de Castillon pour protester contre ce qu'ils perçoivent comme une injustice. Pour pouvoir contester, ils ont du consigner le montant de l'amende puis envoyés leurs courriers de contestations au CACIR de Rennes.

Comme dans la plupart des cas concernant des erreurs de limite de vitesse le CACIR  pourrait entamer une procédure d'annulation des contraventions émises qui concernerait tous les automobilistes flashés. Malheureusement, pour cela, il faut que l'unité qui a effectué le contrôle signale son erreur et demande l'annulation des contraventions. Le problème c'est  qu'aucune unité de police et de gendarmerie contactée par le journal Sud-Ouest ne reconnaît avoir effectué ces contrôles de vitesse.

Depuis le début de l'année, c'est le troisième cas médiatisé d'erreur de limite de vitesse lors d'un contrôle par radar embarqué, comme en Charente ou dans le Rhône.

Moralité, vérifiez bien la limitation de vitesse et le lieu de l'infraction quand vous recevez un PV pour excès de vitesse !