radar mobile embarqué

Le 15 février dernier, un automobiliste a été flashé au 811 avenue de l'Europe, dans la zone industrielle de Villefranche-sur-Saône (69-Rhône), à 56 km/h sur une portion limitée à 50 km/h. Lorsqu'il a reçu l'avis de contravention une dizaine de jours plus tard, il a payé sans se poser de question, d'autant plus qu'il ne voulait pas contester pour éviter que l'amende ne passe à 135 euros, c'est ce qu'il a expliqué au Parisien.

L'histoire aurait pu s'arrêter là mais en repassant sur cette même avenue la semaine dernière, l'automobiliste se rend compte que la vitesse n'est pas limitée à 50km/h sur cet axe mais bien à 70 km/h. Il a donc été flashé à tort car en roulant à 56 km/h, il respectait bien la limitation de vitesse.

Pour être certain que la limite de vitesse n'a pas été changé récemment, il se rend à la mairie qui lui confirme que cette voie est bien limitée à 70 km/h depuis un arrêté en date du 12 juillet 2004. Il se rend ensuite au commissariat de police de Villefranche-sur-Saône qui nie avoir effectué ce contrôle ce jour là et affirme que c'est l'Escadron départemental de sécurité routière de Lyon qui ce serait déplacé pour effectuer ce contrôle de vitesse. Ce fait semble être corroboré par la mention GN, Gendarmerie Nationale, indiquée sur le PV. L'automobiliste, fils de gendarme essaye de savoir quel est le service qui a réellement effectué ce contrôle mais en vain.

Pour tirer cette affaire au clair, il décide de contacter le journal Le Parisien qui essaye de faire la lumière sur cette affaire. Lorsque le journaliste contacte les gendarmes de Lyon, ceux-ci nient avoir organisé tout contrôle ce jour-là et à cet endroit car cette zone est sous compétence de la police nationale. Le journaliste contacte donc à nouveau la police de Villefranche sur Saône qui confirme cette fois que les service de police ont bien réalisés des contrôles de vitesse le 15 février sur cet axe là et à cette heure-là. Par contre, il n'explique pas la mention GN sur le PV qui d'après eux doit-être "une erreur à Rennes", c'est à dire au Centre national de traitement des infractions routières. Contactée sur cette affaire, la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Rhône n'a pour l'heure pas donné suite.

D'autres automobilistes ont été flashé par erreur sur cette avenue, le journal Le Progrès nous informe qu'un autre automobiliste flashé au même endroit est toujours dans l'attente d'une réponse à sa contestation.

Depuis le début de l'année, c'est le second cas médiatisé d'erreur de limite de vitesse lors d'un contrôle par radar embarqué, la dernière fois, cela se passait en Charente (16), donc vérifiez bien la limitation de vitesse et le lieu de l'infraction quand vous recevez un PV pour excès de vitesse !

Mise à jour du 31 mars

D'après les informations recueillies par Le Parisien, il y a bien eu une erreur de paramétrage de la vitesse maximum autorisée lors du contrôle de vitesse effectué le 15 février 2010 sur l'Avenue de l'Europe à Villefranche-sur-Saône entre 9h30 et 10h20.

Les officiers du ministère public de Villefranche-sur-Saône et du CACIR de Rennes ont été avertis, les automobilistes qui ont déjà contester devrait recevoir rapidement le classement sans suite de leur infraction. Pour les autres qui ont déjà payés, «ils seront remboursés et on leur rendra leur point», affirme-t-on à la préfecture.