Alors que le contrevenants étrangers représentent plus de 25% des véhicules flashés, en France, seuls les conducteurs qui résident en Belgique, en Suisse ou au Luxembourg reçoivent effectivement leurs avis de contravention.

Le journal Sud-Ouest nous apprend aujourd'hui que de l’autre côté des Pyrénées, la Communauté autonome basque a trouvé le moyen de faire payer les conducteurs étrangers. Pour cela,  le gouvernement d’Euskadi fait appel à la société privée italienne appelée Nivi Credit. Celle-ci récupère auprès des autorités européennes les coordonnées de leurs ressortissants surpris en excès de vitesse par les radars automatiques installés dans le pays basque espagnol. Ces derniers reçoivent ainsi une contravention dans leur boîte aux lettres ainsi qu’une offre promotionnelle leur proposant une 50 % de réduction sur le montant de l'amende pour un paiement immédiat, par carte ou par virement bancaire.

Visiblement cette offre promotionnelle fonctionne puisque la police de la Communauté autonome basque apprécie « un taux de recouvrement très élevé ». C'est heureusement leur seul moyen de pression car si le contrevenant refuse cette proposition de recouvrement amiable, la procédure n'ira pas plus loin puisqu'il leur est impossible d'engager une procédure judiciaire.