avis de contravention

Pour la première fois depuis la mise en place des premiers radars automatiques en 2003, le montant des recettes encaissé en 2013 est inférieur à celui de l'année précédente mais également inférieur aux prévisions.

En effet, au cours de l'année 2013, le produit des recettes généré par l'ensemble du parc de radars automatiques s'élève à 579,3 millions d'euros alors que le budget prévisionnel prévoyait un gain de 647 millions d'euros. De plus, ce montant est en baisse par rapport à l'année 2012, année pour laquelle le montant des amendes radars s'est élevé à 620 millions d'euros.

Cette baisse était attendue puisque l'on savait déjà depuis plusieurs mois que le nombre de flashs émis par les radars automatiques en 2013 était en baisse de 10% par rapport à l'année 2013.

Les explications de cette baisse sont simples. Tout d'abord, en 2013, le nombre total de radars automatiques n'a que très peu augmenté avec seulement une centaine de cabines supplémentaires, or ce sont dans les premiers mois après leur installation que les radars fixes flashent le plus. Ensuite, le prestataire chargé de la maintenance des cabines radars a changé en mars 2013, dans les mois qui ont suivis, le taux de disponibilité des radars a baissé notamment pendant les mois d'été alors que ce sont les mois qui génèrent le plus de PV. Enfin, en fin d'année, le mouvement des "Bonnets Rouges" a entraîné la destruction d'environ 130 radars fixes dont la plupart n'ont été remis en service qu'au mois de juin 2014...

Avec cette baisse, on ne voit pas comment les recettes prévues au budget 2014 pourrait être tenues. En effet, la loi de finances 2014 prévoit que les radars automatiques devraient rapporter 870 millions d'euros au cours de l'année. Même si ce chiffre inclus environ 100 millions d'euros de recettes supplémentaires provenant des amendes majorées, il sera impossible de faire passer les recettes de 580 millions d'euros en  2013 à 770 millions d'euros en 2014 et cela malgré la modernisation du parc de radars notamment avec l'arrivée des radars mobiles nouvelle génération ou encore le remplacement des anciennes cabines par des cabines plus performantes, malgré la hausse du taux de conversion de flashs en PV ou encore le retour à la normale du taux de disponibilité des radars. D'autant plus que le nombre total de radars n'augmentera plus que de 50 unités au cours de l'année 2014 pour atteindre un maximum de 4200 appareils.