Vous avez été flashé? Vous n'avez rien reçu depuis plusieurs mois, vous pensiez être tranquille! C'est raté...

Depuis ces derniers jours, de nombreux commentaires dans sur le site radars-auto.com mentionnent des avis de contravention reçus plus de 6 mois après l'infraction...

Rassurez-vous quand même, cette situation semble ne concerner que des infractions relevées par des radars autonomes.

Plusieurs radars concernés

Les radars radars concernés par cette vague d'avis de contravention tardifs sont pour le moment tous des radars autonomes.

Au premier rang, on trouve le radar de Veigné sur l'A10 au sud de Tours. Il faut dire qu'il a enregistré pas moins de 250 000 flashs en 2017... Plusieurs personnes ont signalé avoir reçu des avis de contravention datant de l'été dernier. Par exemple, danou17 indique avoir reçu un PV le 26 février 2018 pour une infraction commise le 27 juillet 2017. Mais il y a aussi Murielle qui a reçu sa contravention le 11 février pour une infraction enregistrée le 27 août 2017.

Le radar de Rouvignies est également concerné. Il a été installé pendant plusieurs semaines au printemps 2017 sur l'A2 près de Valenciennes. Ad@ a reçu un avis de contravention le 26 février 2018 pour une infraction commise le 21 mai 2017.

Dans la liste, on trouve également le radar autonome de Saint-Germain-en-Laye, installé dans une zone 50 durant toute la durée de la Fête des Loges. Pierre a été flashé le 3 août 2017 mais son avis de contravention est daté du 7 février 2018.

Du retard dans le traitement

Pourquoi ces avis de contravention arrivent aussi tardivement? L'explication est simple, les radars automatiques ont trop flashé ces deux dernières années...

Le Centre National de Traitement (CNT) de Rennes mais aussi le Centre Automatisé de Constatation des Infractions Routières (CACIR) ont été submergés de travail et les délais de traitement des infractions enregistrées ont été allongés.

En 2016 comme en 2017, le temps de traitement des infractions a été multiplié par deux en passant de moins de 5 jours à près de 10 jours. Mais devant le volume trop important, le CACIR ne pouvait pas gérer tous les messages d'infractions et certains n'étaient pas du tout traités...

A l'été 2017, des mesures correctives ont été prises. Le CACIR a vu son personnel permanent augmenté et il a également reçu le renfort d'officiers de police judiciaire réservistes. L'effet a été immédiat car si fin août, c'était plus de 700 000 messages d'infractions qui étaient en attente de traitement, ce nombre est tombé à 150 000 à la fin de l'année.

Délai de prescription

Même quand ils arrivent après plusieurs mois, les avis de contravention sont légaux. Pour les excès de vitesse, le délai de prescription de l’infraction est fixé à 1 an.