Evolution des recettes radars entre 2009 et 2016

Les radars automatiques n'en finissent plus d'engranger un montant astronomique de recettes ! Un nouveau record vient d'être battu en 2016 avec un montant cumulé d'amendes payées qui atteint 920 millions d'euros. C'est une hausse de plus de 16% par rapport à l'année 2015 qui était déjà une année record avec ses 789 millions d'euros de recettes.

Mais ce record n'est pas une surprise puisque nous vous avons déjà annoncé depuis plusieurs mois que le nombre de flashs enregistrés par les radars automatiques avait battu tous les précédents records au cours de l'année 2016. Si le nombre de flashs n'a toujours pas été communiqué officiellement, au regard du montant des recettes, il doit être proche de notre estimation c'est à dire un total d'environ 23.5 millions.

Pourquoi une telle hausse?

La hausse spectaculaire des recettes des radars automatiques au cours de l'année 2016 est due essentiellement à l'activité des radars autonomes. En effet, ce nouveau modèle de radar apparu en 2015 n'avait délivré que 80 000 PV cette année là. En 2016, le nombre de PV distribués par les radars autonomes a explosé puisque avec des chiffres obtenus pour seulement 7 départements font apparaitre que le nombre d'excès de vitesse immortalisés par ces radars est déjà de 1 051 377.

Mais la forte hausse d'activité des radars autonomes n'est pas la seule explication à la hausse des recettes. Il y a également un autre type de radar qui voit son nombre de flashs augmenté, il s'agit des radars double sens. A ce jour, environ 600 radars fixes flashent dans les deux sens de circulation or le passage en double sens entraine une forte augmentation du nombre de flashs au cours des premiers mois de mise en service avec une activité qui est en moyenne multipliée par 8 avant de diminuer progressivement.

Enfin, la dernière explication de la hausse des recettes est la verbalisation des conducteurs étrangers qui s'est étendue à un nouveau pays, l'Italie. En 2015, près de 414 000 infractions constatées par les radars automatiques français concernaient des véhicules immatriculés dans ce pays.

209 000 € de recette par radar

Le montant total des recettes s'élèvent à 920 millions d'euros et avec 4398 radars automatiques en service au 31 décembre 2016, chaque radar rapporte donc en moyenne 209 000 euros par an.

Ce chiffre de 920 millions d'euros représente le produit des amendes forfaitaires perçues par la voie des systèmes automatisés de contrôle et de sanction de la vitesse ainsi que celui des amendes forfaitaires majorées.

Selon le dernier rapport de la Cour des Comptes, les recettes des amendes forfaitaires s'élèvent à 760,5 millions d'euros et celles des amendes forfaitaires majorées à 159,8 millions d'euros.

Quel avenir pour 2017 ?

La hausse du montant des recettes devrait faire une pause en 2017 puisque le gouvernement a déjà avancé une estimation juste en dessous du milliard d'euros pour l'année en cours.

En effet, l'année 2017 ne sera marquée ni par l'apparition de grandes nouveautés comme ce fut le cas en 2015 (radars autonomes et radars double sens), ni par une forte hausse du nombre de radars.

Les nouveautés prévues pour la fin de l'année 2017 qui sont l'apparition des radars multifonctions et l'externalisation de la conduite des radars mobiles n'auront d'effet que sur les recettes 2018. En effet, pour les radars multifonctions, si environ 40 cabines pourraient apparaitre avant la fin de l'année, leurs mise en service ne devraient commencer qu'en 2018. Ensuite, si la privatisation des radars mobiles doit débuter au mois de septembre, la phase d'expérimentation ne concernera que 26 véhicules en Normandie. La généralisation aux autres voitures radars sera effectuée progressivement au cours de l'année 2018.

En revanche, si l'activité des radars double sens mis en service ces derniers mois va continuer à décroitre en perdant l'aspect nouveauté, le nombre de flashs enregistrés par les radars autonomes devraient continuer à augmenter puisque 150 nouvelles cabines doivent être mise en service en 2017 pour être déployées essentiellement le long des itinéraires sécurisés.