Être flashé par un radar automatique ne signifie pas toujours être verbalisé. Depuis leur installation, en 2003, les radars ont toujours flashé plus qu'ils ne verbalisent mais nombre de flashs réellement transformés en avis de contravention est en nette amélioration ces dernières années.

75% de flashs transformés en contravention

Au cours de l'année 2017, 75% des flashs ont été transformés en avis de contravention. Si ce taux de transformation a dépassé la barre des 70% depuis 2012, il était inférieur à 60% au cours des premières années...

Ce chiffre a également fortement évolué avec la verbalisation désormais presque systématique des véhicules immatriculés à l'étranger que ce soit en Italie, en Espagne, en Belgique, etc...

On notera tout de même que ce taux a plongé en dessous des 70% en 2016 à la suite d'un afflux massif de messages d'infractions pour excès de vitesse notamment à cause de la très forte activité des nouveaux radars autonomes. Le nombre record d'infractions à traiter avait engorgé les services du CACIR de Rennes incapable de gérer la totalité du flux.

Les raisons connues

Si 25% des flashs des radars automatiques ne sont jamais transformés en avis de contravention, les raisons principales sont connues.

Tout d'abord, il y a la difficulté à retrouver le propriétaire du véhicule. Cela est le cas notamment lorsque la plaque d'immatriculation est détériorée, sale ou masquée mais également lorsque le système d'immatriculation des véhicules (SIV) est défaillant, par exemple lorsqu'il comporte une adresse postale incomplète.

Plaque d’immatriculation sale et illisible
Une plaque d'immatriculation totalement illisible

Ensuite, une grande part des avis de contraventions non envoyés provient des actes de vandalisme perpétrés sur les radars. En effet, lorsqu'un radar fixe est par exemple recouvert de peinture, il continue d'enregistrer les excès de vitesse mais les clichés sont illisibles et ne permettent pas la verbalisation.

Il y a enfin les raisons techniques imputables aux radars eux-même. C'est notamment le cas avec lorsque la photo d'une infraction montre plusieurs véhicules et que le radar est incapable de déterminer la voie de circulation du véhicule en infraction. Mais il peut s'agir également d'un manque de fiabilité du radar qui peut parfois flasher par erreur.


Un cliché radar sans distinction du véhicule en infraction Deux véhicules photo radar sans identification de voie

De grosses variations selon le type de radar

Le taux de transformation des flashs en PV est très différent d'un modèle de radar à l'autre comme on peut le voir dans le classement ci-dessous obtenu à partir des derniers chiffres détaillés disponibles.

Radars tronçons: 84%

Radars mobiles: 82%

Radars mobiles nouvelle génération: 75%

Radars passage à niveaux: 73%

Radars fixes: 67%

Radars feux rouge: 52%

Radars discriminants: 46%

Ce sont les radars tronçons et les radars mobiles classique qui obtiennent les meilleurs chiffres avec une transformation de plus de 80 % des flashs en contraventions.

A l'inverse, ce sont les radars feux rouges et les radars discriminants qui flashent le plus souvent sans que cela soit suivi d'une amende... Cela est facilement compréhensible pour les radars discriminants qui flashent de nombreux véhicules légers à la vitesse des poids-lourds.